Actualisé 27.12.2006 à 11:51

Plainte pour usurpation d'identité dans des e-mails

Le ministre jurassien Laurent Schaffter devait déposer plainte mercredi pour usurpation d'identité.

Des messages électroniques ont fait croire que l'ex-chef du Département de l'environnement et de l'équipement désirait changer de ministère. La répartition des départements doit être rediscutée en début d'année prochaine.

Les contrôles déjà effectués par la police ont permis d'établir que les messages avaient été envoyés depuis un ordinateur de l'administration fédérale à Berne. Une plainte doit être déposée pour permettre d'identifier leur auteur, a déclaré Laurent Schaffter à l'AP peu avant de se rendre à la police cantonale.

«Une adresse e-mail a été créée à mon nom», a expliqué le ministre chrétien social indépendant (PCSI). Celle-ci a servi à envoyer des courriels et des SMS «laissant entendre que me posais plein de questions et que je lançais un sondage» pour savoir quel département choisir. Sur un blog consacré aux élections jurassiennes, quelqu'un se faisant passer pour le ministre a même affirmé à tort qu'il entendait reprendre le département de la santé.

Envoyés à des chefs de services ou des fonctionnaires du canton, les messages étaient rédigés «très subtilement». Laurent Schaffter relève que la plupart des destinataires ne les ont pourtant pas pris au sérieux. Il condamne une «forme de «déstabilisation». Le ministre a eu «l'impression que celui qui étais là derrière» connaissait le résultat des délibérations du gouvernement concernant la répartition des départements «une dizaine de jours avant qu'on siège». La manoeuvre était, selon lui, «peut-être destinée à faire mieux passer la décision dans la population».

«Manoeuvres déloyales»

Vendredi dernier, l'exécutif a majorité de droite a décidé de retirer le Département de l'environnement et de l'équipement à Laurent Schaffter et de l'attribuer au démocrate-chrétien Philippe Receveur. Le radical Michel Probst a demandé que le gouvernement rediscute de la répartition des départements, «en respectant les principes que sont celui de l'ancienneté et ensuite celui de l'ordre du résultat à l'élection», selon un communiqué diffusé mardi (hier).

Michel Probst ne peut pas «admettre que les citoyennes et citoyens jurassiens puissent penser que la répartition des départements au sein du gouvernement soit le résultat de procédés malhonnêtes». Le nouveau ministre de l'économie affirme qu'``il n'existe aucun lien entre ces mails et la répartition des départements». «Je n'admets pas que mon nom puisse être associé à des manoeuvres déloyales», poursuit le radical.

Président du gouvernement l'an prochain, Laurent Schaffter est en train d'agender pour début janvier une séance consacrée à la répartition des départements.

«Tsunami politique»

Sur son site, le PCSI dénonce pour sa part un «coup de force» qui «sacrifie d'entrée les rapports humains et l'harmonie qui doivent régner dans un collège dans l'intérêt des services à rendre à la population». Le parti a lancé une pétition qui demande au gouvernement de revoir sa décision.

Dans un éditorial publié mercredi, Pierre-André Chapatte, rédacteur en chef du «Quotidien jurassien» évoque un «tsunami politique». Le nouveau gouvernement «entre en scène sur une farce digne du Grand-Guignol». «Des éclaircissements doivent être apportés pour savoir si nous sommes face à une tempête dans un verre d'eau ou à un scandale politique». (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!