Suisse: Plaintes contre la baisse du prix des médicaments
Actualisé

SuissePlaintes contre la baisse du prix des médicaments

Des entreprises pharmaceutiques recourent contre certaines des 500 baisses de prix de médicaments annoncées il y a quelques jours par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Seize plaintes ont déjà été déposées.

Seize plaintes ont déjà été déposées.

En raison de ces recours, la baisse du prix de 22 préparations n'a pas pu entrer en vigueur comme prévu, a indiqué l'OFSP mardi à l'ats, confirmant une information du «Blick». Les objets des plaintes sont très divers, a précisé l'Office, renonçant à donner davantage de précisions étant donné que la procédure est en cours.

Ces recours n'étaient pas forcément attendus, car les baisses de prix résultent d'un accord entre le ministre de la santé et la branche pharmaceutique datant d'avril dernier. En contrepartie, les entreprises pharmaceutiques ont obtenu de la Confédération que les délais pour l'admission de nouveaux médicaments sur le marché suisse soient raccourcis, à 60 jours au lieu de 200.

Les faîtières Interpharma et vips s'étaient alors engagées à ne pas porter plainte contre la baisse des prix des médicaments. Elles ont aussi accepté de retirer leurs plaintes contre une première baisse des prix décidée en 2012.

Nouveau système

La promesse de la branche de ne pas recourir concernait les plaintes en lien avec le changement de système au printemps 2012, a expliqué à l'ats Sara Käch, porte-parole d'Interpharma. La nouvelle ordonnance de réexamen des prix ne prévoit en effet plus la comparaison transversale avec des produits équivalents sur le plan thérapeutique, mais se base uniquement sur les prix pratiqués à l'étranger.

Si une entreprise pharmaceutique fait recours en argumentant sur la base des prix pratiqués à l'étranger, elle ne contrevient aucunement à l'accord, a ajouté la porte-parole. L'une des réclamations a été déposée par Novartis, a-t-elle également précisé. Le géant bâlois estime que le nouveau prix proposé pour deux de ses préparations n'est pas justifié. Mais vu le nombre de baisses de prix annoncées par l'OFSP, les recours sont très peu nombreux, a estimé Mme Käch.

Chaque année, l'OFSP passe en revue un tiers des médicaments remboursés par l'assurance maladie et compare leur prix à ceux pratiqués dans six pays de référence, à savoir l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la France, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. Sur les 800 médicaments examinés cette année, l'Office a décidé d'une baisse de prix pour 500. L'objectif est de parvenir à quelque 200 millions de francs d'économies pour les assureurs maladie par année. (ats)

Ton opinion