Plan de bataille contre la violence chez les juniors
Actualisé

Plan de bataille contre la violence chez les juniors

Carton rouge pour la violence de plus en plus présente lors de matches de foot juniors et amateurs. La Ligue suisse de football (SFL) prépare sa riposte.

Les matches de suspension et les amendes n'y font rien. «Les punitions doivent être beaucoup plus dures!» réclame dans SonntagsBlick Luigi Ponte, de l'Association suisse des arbitres.

Il y a une semaine, les scènes de bagarres lors du match entre les juniors B de Saint-Prex (VD) et Onex (GE) ont marqué les esprits. Le même jour, un junior A de Collombey-Muraz (VS) s'en prenait à l'arbitre à la suite d'un carton jaune. Lors de ce match contre Leytron (VS), des suspensions de match ont été prononcées à l'encontre de neufs joueurs.

Chaque année, la SFL sanctionne entre 60 et 90 actes violents sur le terrain. Même si ce nombre reste stable, la Ligue veut introduire de nouvelles mesures, rapporte la SonntagsZeizung. Selon un document que s'est procuré le journal dominical du groupe Tamedia, la SFL envisage, par exemple, d'inclure une note de conduite dans le classement des équipes. Les équipes violentes se verraient retirer des points au classement.

La ligue argovienne a testé quelques-unes de ces mesures, avec succès. D'après la SFL, les étrangers sont surreprésentés parmis les joueurs punis pour actes de violence, alors que les deux tiers des licenciés ont un passeport suisse. Sur les 71 actes sanctionnés par la Ligue la saison passée, 18% émanaient de joueurs suisses, 38% d'ex-Yougoslavie, 17% de Portugais et 10% d'Italiens.

Emmanuelle Robert

Ton opinion