Actualisé 14.10.2015 à 12:09

Football

Platini en saura plus jeudi

La réunion de l'UEFA qui se tiendra jeudi devrait être l'occasion pour le Français de savoir si les Européens sont derrière sa candidature à la tête de la FIFA.

Michel Platini est fragilisé par sa suspension de 90 jours de toute activité liée au football.

Michel Platini est fragilisé par sa suspension de 90 jours de toute activité liée au football.

Sanctionné pour un versement de 1,8 million d'euros reçu en 2011 du président de la FIFA Joseph Blatter, lui aussi suspendu, Michel Platini n'a pas le droit de prendre part à cette réunion d'urgence des 54 fédérations composant l'UEFA, à son siège de Nyon. Le Français a fait appel devant la chambre des recours de la FIFA de cette sanction qui pourrait le priver d'une candidature à l'élection à la présidence de la FIFA, programmée en février. Car la commission électorale, chargée d'examiner les candidatures, pourrait le déclarer inéligible.

Mais, au-delà d'une procédure qui lui laissera la possibilité de saisir ensuite le Tribunal arbitral du sport, c'est un enjeu bien plus important que revêt ce sommet européen de jeudi: l'ancien meneur de jeu des Bleus a-t-il encore le soutien de la majorité des 54 fédérations du Vieux continent ? De nombreuses voix se sont élevées, laissant suggérer que Platini ne fait plus l'unanimité. Le président de la fédération allemande, Wolfgang Niersbach, a ainsi demandé à Platini «de juger s'il peut maintenir sa candidature avec cette lourde charge» (la suspension).

Le même jour, la fédération anglaise avait redit son soutien mais Greg Dyke, son président, a été plus nuancé oralement. «Si la commission d'éthique (de la FIFA) arrive à la conclusion que M. Platini ne s'est pas conduit correctement, alors la fédération anglaise ne le soutiendra pas», a-t-il lâché.

La France, notamment par la voix du sélectionneur national Didier Deschamps, continue de le soutenir. Tout comme Patrick Kanner, le ministre des Sports français, qui a cependant lâché «en off» d'après le site L'Opinion: «si Platini n'est pas sûr de pouvoir s'exonérer des soupçons, il faut arrêter les frais».

Deuxième enjeu de cette réunion de crise: l'UEFA va-t-elle demander le report de l'élection à la présidence de la FIFA, programmée le 26 février ? Un tel report permettrait à Platini d'épuiser toutes les voies de recours. La réunion de l'UEFA jeudi s'achèvera par une conférence de presse de son secrétaire général Gianni Infantino, vers 18h. (nxp/si)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!