Playboy prend du relief avec la «3D»
Actualisé

Playboy prend du relief avec la «3D»

Le magazine érotique «Playboy» se met à la dernière mode pour son numéro de juin, qui proposera des lunettes 3D pour regarder en relief la photo de la page centrale.

«Qu'est-ce que les gens voudraient le plus voir en 3D? Probablement une femme nue», explique le fondateur de la revue américaine, Hugh Hefner, qui espère profiter de l'engouement suscité par des films comme «Avatar» ou «Dragons». Pourtant, «je ne suis pas un grand fan de la 3D», reconnaît-il dans un entretien téléphonique à l'Associated Press, «je quitte la vie réelle pour aller au cinéma et la 2D me suffit bien».

Après avoir récemment affiché l'héroïne de dessin animé Marge Simpson en page centrale, le relief est un nouveau coup de «Playboy» pour attirer des lecteurs, surtout les jeunes, et faire remonter ses ventes, tombées de 3,15 millions en 2006 à 1,5 million actuellement.

S'il revient à la mode avec des films récents, le procédé de la 3D n'est pas nouveau, et Hugh Hefner affirme avoir voulu l'exploiter dans son magazine dès le début dans les années 1950. «J'avais engagé un photographe pour faire des clichés de deux femmes nues en 3D à Chicago», a-t-il expliqué, ajoutant qu'il avait abandonné l'idée devant le prix des lunettes à fournir avec la revue.

Les lunettes fournies avec le numéro de juin donnent l'impression que la 51e Playmate de l'année qui s'affiche en page centrale, Hope Dworaczyk, tend son verre de vin vers le «lecteur» et, selon l'intéressée, le procédé fait «que les choses peuvent paraître plus volumineuses»... (ap)

Ton opinion