Actualisé 15.01.2015 à 10:04

Massacre à «Charlie Hebdo»

Plus aucun «Charlie» dans les kiosques suisses

Après les Français, ce sont les Romands qui se sont rués sur les quelques exemplaires du journal satirique vendus jeudi matin.

de
Marine Guillain
1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

«Je suis arrivé à la gare de Lausanne jeudi vers 5h30, au moment où le Naville du passage souterrain ouvrait ses stores. Une douzaine de personnes faisaient la queue devant», raconte Paolo, un habitant de Bière. Le quadragénaire se place dans la file, dans l'espoir d'obtenir un exemplaire: «Je n'en avais jamais acheté avant. Mais là j'en voulais un, par curiosité et pour le geste». Le vendeur a immédiatement annoncé que tous ses exemplaires avaient été réservés et qu'il n'en avait que deux à vendre. «Les gens se sont énervés, certains se sont même mis à crier», témoigne Paolo, qui essaiera d'acheter un journal demain s'il y en a.

Dans le hall principal de la gare, c'est le même combat: «Je suis arrivé à 5h45 mais c'était peine perdue, il fallait être là beaucoup plus tôt!» explique un habitant de Pully. Là-bas, les kiosques n'avaient pas reçu d'exemplaires. «J'ai fait la queue quelques minutes à Lausanne, mais le vendeur a vite annoncé qu'il ne restait plus rien, dit Leo. Tout était vide». «Les gens faisaient la queue déjà à 4h30», a indiqué la vendeuse. «Avant d'ouvrir à 6h, j'avais une dizaine de personnes à la porte. Mais je n'en avais pas reçu», a de son côté expliqué l'employée d'un autre bar-tabac, situé près de la gare. D'autres expliquent en avoir reçu six et les avoir vendus «en une» ou en «dix minutes». Certains kiosques avaient même engagé des agents de sécurité.

Stock épuisé en 3 minutes

A Genève, les quatre kiosques de la gare Cornavin se sont aussi très vite retrouvés en rupture de stock. Le Relay du hall central était le mieux fourni du canton: il avait reçu 77 exemplaires ce jeudi matin, indique tdg.ch. Trois minutes après l'ouverture du magasin, à 5h33, le stock était épuisé. Il devrait être réapprovisionné vendredi ou la semaine prochaine. Dans un autre kiosque de la gare de la ville du bout du lac, les dix exemplaires ont aussi été vendus en quelques minutes aux personnes qui attendaient avant l'ouverture.

D'autres magasins de tabacs n'avaient simplement pas reçu leurs exemplaires. A Plainpalais, un commerçant a replacé le même panneau que mercredi: «Charlie Hebdo arrivera demain». Mercredi, les exemplaires vendus en France voisine avaient connu le même succès.

Dix fois plus d'exemplaires

A Neuchâtel, le kiosque de la Place Pury affichait «Nous n'avons plus de Charlie Hebdo». Il avait reçu 20 exemplaires au lieu des 2 qu'il reçoit habituellement. «On aurait pu en vendre des centaines», selon le vendeur. A Sion et à Zurich, les magasins disposaient de peu d'exemplaires, voire pas du tout. A la gare de Zurich, un des kiosques de la gare en avait reçu seulement cinq. Dans la capitale valaisanne, les magasins n'étaient même pas sûrs d'en recevoir jeudi.

Le distributeur Naville Presse a commandé 10'000 exemplaires pour la Suisse Romande et 7Days Media Services 1000 pour la Suisse alémanique. Au vu de la très forte demande, des exemplaires devraient encore arriver ces jours prochains chez les vendeurs. Cette édition spéciale, sortie en France une semaine exactement après l'attentat dans la rédaction du «Charlie Hebdo», devrait être tirée jusqu'à 5 millions de copies.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!