Suisse – D’avantage d’aides financières pour lutter contre la traite d’êtres humains
Publié

SuisseD’avantage d’aides financières pour lutter contre la traite d’êtres humains

Dès 2023, 600’000 francs seront utilisés pour des mesures dans le domaine de la traite des êtres humains et 200’000 francs pour des mesures de prévention des infractions liées à la prostitution, annonce FedPol.

Les mesures de prévention contre la traite d’êtres humains et la prostitution sont régulièrement évaluées.

Les mesures de prévention contre la traite d’êtres humains et la prostitution sont régulièrement évaluées.

AFP

Au niveau de la Confédération, c’est l’Office fédéral de la police (FedPol) qui s’occupe de l’exécution des deux ordonnances sur les mesures de prévention des infractions liées à la traite des êtres humains et à la prostitution. Leur opportunité et leur efficacité sont régulièrement examinées.

La dernière évaluation, concentrée sur les mesures mises en œuvre entre 2015 et 2019 pour la traite d’êtres humains et en 2017 et 2019 pour la prostitution, montre que «les aides financières sont efficaces et appropriées; elles entraînent pour la plupart des changements positifs et durables. Des mesures et des organisations pertinentes ont été soutenues dans toutes les régions linguistiques de Suisse» déclare FedPol dans un communiqué.

L’Office fédéral rappelle toutefois que la poursuite pénale seule ne suffit pas dans la lutte contre ces deux délits et que des mesures de prévention sont nécessaires «et les moyens alloués au domaine de la lutte contre la traite des êtres humains sont actuellement insuffisants». En conséquence, dès 2023 les aides financières pour prévenir de ces infractions seront mieux allouées. FedPol annonce ainsi que 600’000 francs seront utilisés pour des mesures dans le domaine de la traite des êtres humains et 200’000 francs pour des mesures de prévention des infractions liées à la prostitution.

FedPol procédera encore à des adaptations de l’ordonnance sur les mesures de prévention des infractions liées à la prostitution pour «permettre de soutenir des projets et des organisations dans le domaine» et adaptera les documents existants pour le dépôt des demandes. Ces modifications seront faites au cours du premier semestre 2022.

«Partie émergée de l’iceberg»

En 2020, la Plateforme suisse contre la traite des êtres humains publiait pour la première fois des chiffres concernant les victimes de la traite d’êtres humains à l’échelle nationale: 174 victimes avaient été identifiées et plus de 500 personnes avaient bénéficié de conseils et d’un accompagnement spécialisé. «Ces chiffres ne représentent que la partie émergée de l’iceberg, et le nombre de victimes non recensées est beaucoup plus élevé», avait déclaré Anne Ansermet, codirectrice de l’Astrée, association de soutien aux victimes de traite et d’exploitation.

(comm/aze)

Ton opinion