Plus de 100 000 francs de dégâts après les manifestations

Actualisé

Plus de 100 000 francs de dégâts après les manifestations

La police municipale bernoise a réévalué à plus de 100 000 francs les dégâts des échauffourées de samedi autour de la manifestation de l'UDC.

Elle envisage de porter plainte contre les organisateurs de la contre-manifestation, mais une condamnation sera difficile à obtenir.

Les juristes de la police examinent cette possibilité, a dit le porte-parole Franz Märki, interrogé lundi par l'ATS. L'infraction qui pourrait être retenue est l'incitation à des déprédations matérielles, à des émeutes et à des blessures corporelles, selon le département de droit pénal et de criminologie de l'Université de Berne. Mais personne ne peut être condamné pour incitation si les actes ne sont pas prémédités.

La contre-manifestation a été organisée devant la cathédrale par le comité anti-UDC «Mouton noir». Près de 50 organisations proches des milieux roses-verts la soutenaient, comme l'Alliance verte de la ville de Berne et les jeunes socialistes.

Concernant les dégâts «qui seront en tous cas à six chiffres», la police indique qu'un bilan précis devrait être connu à la fin de la semaine, selon M. Märki. Les effectifs du service qui s'occupe d'enregistrer les plaintes ont été renforcés.

A elle seule, l'entreprise Bell a subi des dégâts pour plus de 100 000 francs. Un de ses camions a été incendié. Elle envisage de porter plainte contre la ville de Berne pour non-assistance, a indiqué le responsable du secteur Catering, Philipp Stoller.

(ats)

Ton opinion