Actualisé 07.04.2012 à 19:30

Syrie

Plus de 120 morts samedi à travers le pays

Les violences en Syrie ont fait samedi au moins 120 morts, dont 86 civils, en majorité dans des bombardements dans la région de Hama (centre), a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'armée syrienne continue son offensive contre les insurgés à quelques jours de la trêve recherchée par Kofi Annan et dont Damas a accepté le principe. Les violences de tout bord ont fait samedi au moins 107 victimes et provoqué un nouvel exode de réfugiés en Turquie

L'Observatoire syrien pour les droits de l'homme (OSDH), qui s'appuie sur un réseau d'informateurs dans le pays, a fait état d'au moins 120 morts, dont 74 civils, en majorité dans des bombardements dans la région de Hama.

Au total, «86 civils ont été tués, dont 40 dans des bombardements et des tirs dans la seule ville de Latamna, dans la province de Hama», a expliqué l'OSDH.

Outre les civils tués à Latamna, l'OSDH a dénombré cinq civils abattus dans la localité de Tibet al-Imam dans la même province. Seize autres civils ont péri dans la région de Homs, la plupart dans les bombardements de l'armée.

Selon la même source, une femme a été tuée par un tireur embusqué dans la province d'Alep. Dans la région d'Idleb, douze civils ont péri sous les bombardements et les tirs. L'OSDH a précisé que 16 déserteurs et 17 soldats et agents de sécurité avaient également été tués dans différentes régions.

Découverte de 23 corps

L'organisation, basée en Grande Bretagne, a fait état par ailleurs de la découverte de 13 corps dans le quartier de Deir Baalbeh à Homs, et de 10 autres corps retrouvés sous les décombres dans la localité de Hreitane dans la province d'Alep.

L'agence syrienne officielle Sana rapporte quant à elle que des commandos syriens ont abattu trois rebelles lors d'une attaque contre «un repaire de terroristes». Les deux camps s'accusent mutuellement d'intensifier les violences avant l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu le jeudi 12 avril à 04h00.

Ban Ki-moon inquiet

Le Conseil de sécurité a adopté jeudi à l'unanimité une déclaration demandant à Damas de respecter la limite du 10 avril pour cesser les principales opérations militaires et à l'opposition de faire de même au plus tard 48 heures après. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a estimé que les attaques du régime étaient «une violation de la position de l'ONU».

En outre, Ban Ki-moon s'est dit «extrêmement inquiet» de la crise humanitaire qui empire en Syrie. Il a jugé que les «derniers rapports qui font état d'un nombre grandissant de réfugiés vers les pays voisins sont alarmants».

Ces dernières 24 heures, près de 700 Syriens sont arrivés en Turquie, qui accueille désormais 24'000 réfugiés syriens, selon un responsable turc. La semaine dernière, la Turquie a accueilli en 36 heures un nombre record de 2800 personnes qui fuyaient les attaques des hélicoptères de l'armée.

Le Baas fête son anniversaire

A Damas, des milliers de partisans du président syrien, qui craignent une guerre civile généralisée ou l'arrivée au pouvoir des islamistes, ont célébré l'anniversaire de la création du parti Baas en 1947. Les manifestants brandissaient des drapeaux de la Syrie et du Baas, ainsi que des portraits du président Assad, sur fond de chants patriotiques diffusés par haut-parleurs dans une ambiance festive.

Ces festivités interviennent alors que la nouvelle Constitution, approuvée en février par référendum avec près de 90% des suffrages, abolit la suprématie du parti Baas au pouvoir en Syrie depuis un demi-siècle.

Aide humanitaire urgente

L'Organisation de la coopération islamique (OCI), qui a mené en mars avec l'ONU une mission d'évaluation humanitaire en Syrie, a de son côté estimé nécessaire une aide humanitaire urgente de 70 millions de dollars.

La Syrie est secouée depuis mars 2011 par une révolte populaire qui s'est militarisée au fil des mois. Selon l'OSDH, les violences ont fait plus de 10'000 morts, en grande majorité des civils. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!