Actualisé 06.02.2019 à 16:18

Libye

Plus de 16'000 migrants ont été rapatriés en 2018

L'Organisation internationale pour les migrations a communiqué les chiffres des personnes ayant été rapatriées volontairement.

1 / 73
En Grèce, des habitants des îles égéennes ont manifesté contre des camps de migrants. (Mercredi 22 janvier 2020)

En Grèce, des habitants des îles égéennes ont manifesté contre des camps de migrants. (Mercredi 22 janvier 2020)

Keystone
Les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation de campements installés dans la zone industrielle des dunes, à Calais, en France. Plusieurs centaines de migrants s'y trouvaient. (Mardi 3 décembre 2019)

Les forces de l'ordre ont procédé à l'évacuation de campements installés dans la zone industrielle des dunes, à Calais, en France. Plusieurs centaines de migrants s'y trouvaient. (Mardi 3 décembre 2019)

AFP
L'équipage de l'Ocean Viking, le navire de secours en mer de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, a recueilli 176 migrants naufragés au cours du week-end. (Lundi 14 octobre 2019)

L'équipage de l'Ocean Viking, le navire de secours en mer de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, a recueilli 176 migrants naufragés au cours du week-end. (Lundi 14 octobre 2019)

AFP

Plus de 16'000 migrants ont été rapatriés de Libye en 2018 grâce au programme «Retour volontaire» de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Ce pays nord-africain est en plein chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011.

Le coordinateur du programme à l'OIM, Jouma Ben Hassan, a indiqué que «16'753 migrants en situation irrégulière ont pu rentrer dans leur pays d'origine l'année dernière». Il s'agit notamment de migrants ayant tenté sans succès et au risque de leur vie de traverser la Méditerranée pour atteindre l'Europe.

«Selon les statistiques de l'OIM, ces migrants sont originaires de 32 pays d'Afrique et d'Asie», a ajouté Jouma Ben Hassan en expliquant que ces chiffres n'incluent pas les migrants pris en charge par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Mauvais traitements

Le HCR a précisé de son côté que 4080 réfugiés ont pu quitter la Libye de janvier 2018 à janvier 2019, en vue de leur installation dans d'autres pays. En début de semaine, le HCR a précisé que 56'600 autres réfugiés attendent encore leur tour de pouvoir quitter la Libye.

De nombreux migrants, hommes, femmes ou enfants interceptés ou sauvés en mer, se retrouvent dans des centres de rétention en Libye dans des conditions très difficiles et optent pour le rapatriement. Plusieurs organisations internationales, dont le HCR, déplorent régulièrement les mauvais traitements subis par les migrants en Libye. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!