Genève: Plus de 2 milliards de dollars pour le Yémen
Actualisé

GenèvePlus de 2 milliards de dollars pour le Yémen

Organisée par la Suisse et l'ONU, une conférence a permis une importante levée de fonds pour venir en aide à la population yéménite.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a salué «un remarquable succès». (Mardi 3 avril 2018)

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a salué «un remarquable succès». (Mardi 3 avril 2018)

Les donateurs ont désormais promis plus de 2 milliards de dollars pour aider en 2018 le Yémen, pays marqué par trois ans de conflit. La conférence organisée mardi à Genève, notamment par la Suisse, aura permis de rassembler environ 800 millions supplémentaires.

«Pratiquement le double»

Devant la presse, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a salué «un remarquable succès». Plus de deux tiers des 2,96 milliards demandés par les Nations Unies et leurs partenaires ont été rassemblés.

Le montant est «pratiquement le double» par rapport au 1,1 milliard engrangé l'année dernière après une première conférence déjà organisée par la Suisse et la Suède aux côtés de l'ONU. Une enveloppe considérée comme «encourageante» par la vice-Première ministre suédoise Isabella Lövin.

Près de la moitié de ce montant vient des promesses déjà faites par l'Arabie saoudite, partie au conflit, et les Emirats arabes unis. Interrogé sur une possible contradiction entre les bombardements saoudiens et les fonds versés par ce pays, M. Guterres a affirmé qu«il faut voir les deux choses séparément». Chaque pays, même s'il est un acteur d'un conflit, a des obligations humanitaires, a-t-il ajouté.

Visite suisse au Yémen

Côté suisse, le conseiller fédéral Ueli Maurer avait relevé en ouvrant la réunion 13 millions d'aide suisse pour 2018. La Suisse donnera d'ici 2020 quatre millions de plus que l'annonce faite lors de la conférence de 2017.

Ce financement sera pris dans la réserve de l'aide humanitaire, a dit à l'ats le délégué du Conseil fédéral pour l'aide humanitaire Manuel Bessler. Aux côtés de 5 millions pour la Syrie et 3 millions pour le Soudan du Sud. «C'est tôt dans l'année. On n'est pas encore arrivé à la saison des pluies», dit M. Bessler.

Il se rendra dans une dizaine de jours au Yémen pour la première fois depuis le début du conflit il y a trois ans. Une visite qui ne signifie pas une réouverture prochaine du bureau de la coopération fermé en raison des violences. Les conditions ne sont pas réunies et les coûts liés à la sécurité dans un tel environnement seraient importants, selon M. Bessler.

L'UE a promis mardi plus de 100 millions d'euros supplémentaires. Les Etats-Unis ont annoncé 87 millions de dollars. Une quarantaine de pays ont prévu des contributions. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion