Actualisé 03.10.2018 à 18:41

EtudePlus de 250 selfies meurtriers en 6 ans

Une étude révèle qu'au moins 43 personnes trouvent la mort chaque année en se prenant en photo. Un chiffre qui ne cesse d'augmenter.

par
cht/nxp
L'Inde détient le record de morts par selfie.

L'Inde détient le record de morts par selfie.

AFP

De plus en plus, les histoires de gens qui décèdent dans un stupide accident de selfie alimentent la rubrique faits divers des médias. Au point qu'une équipe de chercheurs indiens s'est penchée sur la question et a pu estimer le nombre de cas avérés dans le monde. Verdict: entre octobre 2011 et novembre 2017, 259 personnes sont mortes en prenant un selfie, révèle le site Vice.com. Soit en moyenne 43 par année. A titre de comparaison, les requins font en moyenne six victimes par an.

Et le nombre d'accidents ne cesse d'augmenter: trois en 2011, deux en 2013, 13 en 2014, 50 en 2015, 98 en 2016 et 93 en 2017. Des chiffres qui pourraient être sous-estimés selon les scientifiques, qui ont passé au crible les données de la presse mondiale avec les mots-clés «mort par selfie», «accident de selfie», car tout n'est pas relaté non plus.

Les Indiens en tête

Les chercheurs indiens, qui ont publié leur étude dans le Journal of Familiy Medecine and Primary Care, ont aussi analysé d'autres facteurs comme les régions géographiques des décès. Sur ce dernier plan, le plus grand nombre de morts a eu lieu en Inde, qui compte à elle seule 50% des accidents, devant la Russie, les USA et le Pakistan. Comme par hasard, les Américains sont les champions des morts par armes à feu en se prenant en photo.

Concernant les causes des décès par selfie, on trouve en premier lieu la noyade, devant les accidents de transport (en particulier ceux qui se filment sur une voie de chemin de fer alors que le train arrive) et des chutes (ceux qui se prennent en photo au bord d'une falaise par exemple).

L'âge des victimes a aussi été passé au crible: celles-ci ont en moyenne 22,94 ans. Mais selon les statistiques, le risque de mourir à cause d'un selfie diminue drastiquement après 30 ans. Enfin, ce sont les hommes qui sont le groupe le plus à risque avec trois quarts des décès.

Davantage de «no selfies zones»

Du coup, les chercheurs indiens proposent de renforcer les «no selfies zones». «Les selfies en eux-mêmes ne sont pas dangereux, mais le comportement humain qui les accompagne l'est. Les individus ont besoin d'être éduqués face à certains comportements à risque et endroits dangereux où sont pris des selfies», estime l'étude. Selon les scientifiques, ces zones doivent comprendre des endroits touristiques où de l'eau, des sommets de montagne ou des buildings sont présents.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!