Législatives russes: Plus de 300 manifestants interpellés
Actualisé

Législatives russesPlus de 300 manifestants interpellés

Plus de 300 manifestants ont été interpellés à Moscou alors qu'ils tentaient d'organiser une marche de protestation pour dénoncer le déroulement des législatives.

Environ 300 personnes ont été interpelées en marge des manifestations suivant les législatives russes.

Environ 300 personnes ont été interpelées en marge des manifestations suivant les législatives russes.

Parmi eux figurent le blogueur anti-corruption Alexeï Navalni et l'opposant Ilia Iachine. Les deux hommes «ont activement appelé à désobéir à la police», a précisé le service de presse de la police de Moscou, cité par l'agence Ria Novosti.

Selon le site d'information en ligne «Gazeta.ru», près de 5000 personnes, pour la plupart des jeunes, se sont rassemblées sous une pluie battante dans le centre-ville pour dénoncer la manière dont ont eu lieu les législatives de dimanche, qui ont vu la victoire du parti de Vladimir Poutine, Russie unie, et ont été marquées par de multiples accusations de fraudes. La police a quant à elle fait état de 2000 manifestants, d'après l'agence Interfax.

Après cette mobilisation d'envergure dans un pays où les manifestations ne rassemblent généralement pas les foules, des centaines de militants ont décidé de marcher vers le siège de la commission électorale centrale.

La police a alors bloqué l'accès à plusieurs rues et procédé à des dizaines d'interpellations, notamment sur la place Loubianka, où se trouve le siège du FSB (service fédéral de sécurité, ex-KGB), a indiqué un photographe de l'AFP.

Outre Alexeï Navalni et Ilia Iachine, cofondateur du mouvement d'opposition Solidarité, Ilia Barabanov, l'un des rédacteurs en chef de l'hebdomadaire d'opposition New Times, a également été interpellé, selon «Gazeta.ru».

Peu avant, pendant le rassemblement, plusieurs représentants de l'opposition s'étaient exprimés sur une scène où l'on pouvait lire sur des pancartes «Rendons au pays les élections!» ou «Les élections sont une farce!». Des responsables du mouvement d'opposition Parnas, qui s'est vu refuser l'enregistrement de sa candidature aux élections, ont notamment pris la parole.

De son côté, le parti communiste, deuxième du scrutin avec un peu moins de 20% des suffrages, a également organisé un rassemblement lundi soir dans le centre de Moscou, auquel plus de 1000 militants ont participé, selon la radio Echo de Moscou.

A Saint-Pétersbourg, plus de 200 personnes s'étaient aussi retrouvées dans le centre-ville, pour un rassemblement non-autorisé. Un porte-parole de la police a indiqué qu'une centaine de personnes avaient été interpellées. (ats)

Les opposants risquent 15 ans de prison

Les organisateurs d'une marche spontanée d'opposition lundi soir vers la commission électorale centrale seront jugés mardi et risquent jusqu'à 15 jours de prison pour avoir résisté à la police, a indiqué à l'AFP Olga Chorina, porte-parole du mouvement Solidarnost.

Plus de 300 manifestants, parmi lesquels le blogueur anticorruption Alexeï Navalni, avaient été interpellés lundi à Moscou, au moment où ils tentaient d'organiser une marche de protestation contre le déroulement des législatives, vers la commission électorale centrale.

Quelque 250 d'entre eux, parmi lesquels M. Navalny et l'un des leader du mouvement d'opposition Solidarnost Ilia Iachine, étaient toujours en garde à vue mardi matin, a précisé Mme Chorina. «Ils risquent jusqu'à 15 jours de prison».

Ton opinion