Actualisé 08.10.2014 à 15:44

Ukraine

Plus de 330 morts depuis le cessez-le-feu

Depuis le début de la trêve entrée en vigueur il y a un mois en Ukraine, au moins 331 victimes ont été recensées, selon un rapport des observateurs de l'ONU publié mercredi à Genève.

Malgré un cessez-le-feu fragile au cours du mois écoulé dans l'est de l'Ukraine, le conflit a continué de faire des victimes et de priver de leurs droits élémentaires plus de cinq millions d'habitants des zones directement touchées, a affirmé le Haut-Commissaire aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al Hussein.

Selon le rapport établi par les 35 observateurs de la mission de l'ONU en Ukraine, le bilan des violences depuis la mi-avril (jusqu'à lundi) s'établit désormais à 3660 tués et 8756 blessés. Depuis le début du cessez-le-feu le 6 septembre, au moins 331 victimes ont été recensées (certaines d'entre elles ayant été tuées avant le 6 septembre, mais confirmées seulement après).

Poursuite des combats

«La situation s'est améliorée avec le cessez-le-feu, mais elle reste préoccupante», a résumé Gianni Magazzeni, du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme, lors d'une conférence de presse.

Des tirs de roquettes se poursuivaient mercredi à Donetsk, l'un des bastions des séparatistes dans l'est de l'Ukraine, a constaté l'AFP. Ils ont touché des commerces de la ville et fait au moins deux morts et quatre blessés, selon des journalistes sur place.

Un peu plus tôt, la mairie de Donetsk avait fait état de trois civils et trois soldats ukrainiens tués au cours des dernières 24 heures dans cette région.

Dans la région séparatiste voisine de Lougansk, le gouverneur désigné par Kiev, Guennadi Moskal, a fait état de tirs intenses de mortiers sur la ville de Popasna à 80 km à l'ouest de Lougansk. Il était impossible dans l'immédiat d'établir les conséquences de ces bombardements.

Non-respect de l'Etat de droit

Le rapport relève également qu'entre le 24 août et le 5 septembre, avant le cessez-le-feu, les groupes armés des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk ont été «soutenus par un nombre croissant de combattants étrangers, dont des citoyens d'origine russe».

Le Haut-Commissaire a demandé que toutes les violations tant par les groupes séparatistes que par les bataillons de volontaires ukrainiens fassent l'objet d'enquêtes scrupuleuses et que les responsables soient poursuivis. Il a dénoncé l'absence de respect de l'Etat de droit dans les zones sous contrôle des rebelles.

La mission de l'ONU a aussi observé la poursuite de multiples violations des droits de l'homme en Crimée, dont des restrictions aux libertés d'expression, de réunion pacifique, d'association, de croyance. Les mesures d'intimidation à l'encontre des Tatars de Crimée se sont encore accrues.

Près de 400'000 déplacés

Selon l'ONU, les autorités ukrainiennes dénombraient au début du mois 375'792 déplacés en Ukraine. Des déplacés sont rentrés chez eux à la faveur de la trêve, mais ils sont confrontés à de sérieuses difficultés. Leur propriété a souvent été détruite ou endommagée.

«Une prolongation de la crise rendra la situation intenable pour les millions de personnes dont les conditions de vie se sont sérieusement dégradées», a averti le Haut-Commissaire.

Appel à l'aide

Selon l'ONU, près de 40'000 petites et moyennes entreprises dans les régions de Donetsk et Lougansk ont cessé leur activité en raison des combats et des milliers de personnes n'ont plus de revenu.

Dans ce contexte, l'Ukraine demande au Fonds monétaire international (FMI) d'accroître son soutien financier, déjà massif, à son économie, dont les difficultés sont aggravées par le conflit, a annoncé le Premier ministre Arseni Iatseniouk. Une délégation de Kiev doit assister cette semaine à la traditionnelle assemblée générale d'automne du FMI et de la Banque mondiale à Washington.

Pour éviter à Kiev la faillite après l'arrivée d'autorités proeuropéennes et le retrait du soutien financier russe, le Fonds a ouvert en avril une ligne de crédit de 17 milliards de dollars, dans le cadre d'un vaste plan d'aide occidental de 27 milliards de dollars (25,8 milliards de francs). (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!