Actualisé 26.05.2019 à 13:49

Pakistan

Plus de 500 enfants contaminés par le VIH

Les autorités pakistanaises ont révélé que 681 patients, dont une grande majorité d'enfants, ont récemment été infectés par le virus du sida dans le sud du pays.

Près de 700 personnes, pour la plupart des enfants, ont récemment contracté le virus du sida dans le sud du Pakistan. Certaines ont été contaminées par des seringues usagées, ont indiqué dimanche les autorités.

Seringues usagées

«681 personnes, dont 537 enfants âgés de 2 à 12 ans, ont été testées positives au VIH jusqu'à hier à Ratodero», un sous-district de la province du Sindh, a déclaré Zafar Mirza, conseiller à la santé auprès du Premier ministre Imran Khan, lors d'une conférence de presse diffusée par la télévision publique.

«L'utilisation de seringues usagées pourrait être une des causes de la propagation de la maladie», a-t-il poursuivi. Plus de 21'000 personnes avaient été testées dans cette zone. «Le Premier ministre Imran Khan va dévoiler des mesures drastiques pour prévenir la maladie une fois que nous aurons déterminé la cause (exacte) de sa propagation», a annoncé Zafar Mirza, ajoutant que cette contamination était un sujet de «grave préoccupation» pour le gouvernement.

Les enquêteurs affirment qu'un pédiatre, lui-même séropositif, pourrait être à l'origine de la contamination de Ratodero. Emprisonné, il nie avoir inoculé sciemment le virus aux patients.

Propagation inquiétante

Le Pakistan a longtemps été considéré comme un pays où la prévalence du VIH était faible. Mais le virus se propage désormais à un rythme inquiétant, en particulier chez les toxicomanes et les travailleurs du sexe. Avec quelque 20'000 nouveaux cas de séropositivité recensés pour la seule année 2017, le rythme de propagation de la maladie au Pakistan est le 2e plus rapide en Asie, selon des statistiques de l'ONU.

Le pays, dont la population est en croissance rapide, souffre d'un manque d'infrastructures médicales, longtemps négligées par les autorités. Si bien que les communautés rurales pauvres sont particulièrement vulnérables face aux pratiques médicales douteuses.

«Selon certaines données gouvernementales, environ 600'000 charlatans sont actifs dans le pays et environ 270'000 pratiquent dans la province du Sindh», a rappelé l'agence Onusida dans un communiqué mi-mai.

«Pour économiser de l'argent, ces charlatans feront des piqûres à plusieurs patients avec une seule seringue. Cela pourrait être la cause principale de la multiplication des cas», avait déclaré à l'AFP Sikandar Memon, qui gère le programme anti-sida pour le compte de la province du Sindh. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!