Publié

ONUPlus de 80 millions de déplacés dans le monde

Le nombre de déplacés dans le monde a dépassé il y a quelques mois 80 millions, selon l’ONU. La pandémie et les conflits ont «dramatiquement» affecté leurs conditions, a affirmé mercredi à Genève le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR).

Le Haut commissaire de l’ONU pour les réfugiés Filippo Grandi estime que le nombre de déplacés va encore augmenter si aucune action n’est décidée par les dirigeants de différents pays (archives).

Le Haut commissaire de l’ONU pour les réfugiés Filippo Grandi estime que le nombre de déplacés va encore augmenter si aucune action n’est décidée par les dirigeants de différents pays (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Au début de cette année, 79,5 millions de personnes étaient déplacées dans le monde. Parmi elles figuraient plus de 45 millions de déplacés, 29,6 millions de réfugiés et plus de 4 millions de demandeurs d’asile. De nouvelles personnes ont été contraintes de fuir leurs habitations dans des pays comme la Syrie, la République démocratique du Congo (RDC) ou le Yémen.

Des violences, notamment des viols et des exécutions, ont également fait grandir le nombre de déplacés au Sahel. Le chiffre «continuera d’augmenter à moins que les dirigeants mondiaux ne stoppent les guerres», a affirmé le Haut commissaire Filippo Grandi. La pandémie a elle exacerbé les défis pour les déplacés et les apatrides qui sont eux plus de 4 millions, selon les données seulement de 79 pays.

Demandes d’asile en recul

Les restrictions ont empêché certains réfugiés d’atteindre des zones sûres. Il y a quelques mois, 168 pays avaient fermé entièrement ou partiellement leurs frontières et 90 pays ne faisaient aucune exception pour les demandeurs d’asile.

Depuis, la plupart ont trouvé, avec le soutien du HCR, un dispositif qui garantisse le système d’asile et la lutte contre le coronavirus. Mais les nouvelles demandes d’asile ont reculé d’un tiers par rapport à la même période l’année dernière. De même, moins de solutions durables ont été trouvées pour les déplacés. Moins de 830’000 d’entre eux ont pu rentrer chez eux, dont la plupart, 635’000, étaient des déplacés internes.

Les rapatriements volontaires de réfugiés ont seulement dépassé 102’000 sur six mois jusqu’en juin, une baisse de plus de 21% par rapport à l’année dernière. En raison de la pandémie aussi, moins de 18’000 réfugiés ont été réinstallés dans des pays tiers sur la même période, la moitié par rapport à l’année dernière, ajoute également le HCR.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!