Covid-19: Plus de 900’000 morts dans le monde
Publié

Covid-19Plus de 900’000 morts dans le monde

Le monde approche la barre du million de décès du coronavirus, tandis que la course au vaccin est handicapée par une mauvaise nouvelle.

Des bougies en hommage aux victimes du Covid-19 à Bogotá.

Des bougies en hommage aux victimes du Covid-19 à Bogotá.

AFP

Le seuil des 900’000 morts du Covid-19 a été franchi dans la nuit de mercredi à jeudi, au moment où les essais cliniques de vaccins se multiplient, comme au Brésil et au Pérou, ou encore aux États-Unis, en Russie et en Chine, qui veulent tous être les premiers à disposer d’un vaccin, avant même la fin de l’année. Selon un comptage réalisé par l’AFP mercredi à 21 h 30 GMT à partir de sources officielles, 900’052 décès ont été recensés dans le monde depuis l’apparition des premiers cas en Chine en décembre.

Vendredi 11 septembre, cela fera six mois jour pour jour que, le 11 mars, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qualifiait le Covid-19 de «pandémie», une annonce suivie de confinements et de coups d’arrêt à l’économie mondiale.

Face à l’installation de la pandémie dans la durée, la course aux vaccins bat son plein, notamment dans les deux pays les plus endeuillés, les États-Unis et le Brésil. Dans son dernier point daté de mercredi, l’OMS recense 35 «candidats vaccins» évalués dans des essais cliniques sur l’homme à travers le monde. Neuf en sont déjà à la dernière étape, ou s’apprêtent à y entrer. C’est la «phase 3», où l’efficacité est mesurée à grande échelle sur des milliers de volontaires.

Milliers de volontaires

Au Brésil, le gouverneur de São Paulo a assuré que les essais cliniques de phase 3 d’un vaccin du laboratoire chinois Sinovac s’étaient révélés «extrêmement positifs» et qu’une campagne d’immunisation à grande échelle pourrait débuter dès décembre. Il a été testé sur des milliers de volontaires dans six États du pays, dont celui de São Paulo, le plus touché.

Au Pérou, la phase d’essais cliniques d’un potentiel vaccin d’un laboratoire chinois a aussi été lancée mercredi auprès de 3000 volontaires. Le nombre de candidats a dépassé les attentes, avec 9000 volontaires en moins de trois heures. Une mission scientifique chinoise d’une trentaine de personnes est chargée de coordonner le projet du groupe chinois Sinopharm, dont les résultats ne sont pas attendus avant décembre.

Aux États-Unis, deux fabricants, Pfizer et Moderna, testent une technologie (l’ARN messager) qui n’a encore jamais fait ses preuves. Lors des essais de phase 1 et/ou 2, sur quelques dizaines de volontaires, les deux ont déclenché une réponse immunitaire, mais cela ne garantit pas qu’ils protégeront contre une infection. Moderna et Pfizer disaient jusqu’à présent espérer des résultats avant fin 2020-début 2021, et ont commencé à fabriquer des millions de doses en avance au cas où ils seraient probants.

Éviter toute panique

Mis en cause dans le nouveau livre du journaliste Bob Woodward pour avoir minimisé la menace du Covid-19, dont il était pleinement conscient, Donald Trump a assuré jeudi avoir voulu éviter toute «panique». Le président américain fait d’ailleurs aujourd’hui pression pour faire autoriser un vaccin avant la présidentielle du 3 novembre.

Cette course au premier vaccin se fera pour l’heure sans le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca, partenaire de l’Université d’Oxford: un possible effet indésirable grave chez un participant aux essais cliniques a conduit à sa suspension.

En Russie, les autorités ont commencé à tester le vaccin «Spoutnik-V» sur 40’000 habitants de la capitale, dernière étape des essais de ce vaccin annoncé en grande pompe en août. Il a toutefois été accueilli avec scepticisme dans le monde, à cause notamment de l’absence de phase finale des essais au moment de son annonce. L’OMS ne s’attend quant à elle pas à une vaccination généralisée avant mi-2021.

Festival de Toronto virtuel

Des millions d’élèves italiens retourneront lundi prochain sur les bancs d’école après six mois passés à la maison, dans ce pays qui a été l’un des premiers pays européens à être durement touché.

Quant au Festival international du film de Toronto (TIFF), plus grande fête du 7e art en Amérique du Nord, il s’ouvre jeudi dans une formule virtuelle, pandémie oblige, contraignant les grandes stars d’Hollywood à présenter leurs films à distance.

Les États-Unis restent le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec plus de 190’000 décès, selon le comptage de l’université Johns-Hopkins. Suivent le Brésil (plus de 128’000 morts), l’Inde (73’000) et le Mexique (68’000).

(AFP/NXP)

Ton opinion