Plus de cinq mille personnes aux obsèques de Jacques Martin
Actualisé

Plus de cinq mille personnes aux obsèques de Jacques Martin

Les obsèques de Jacques Martin se sont déroulées jeudi à Lyon dans une ambiance à la fois familiale pour ses huit enfants et publique avec 5.500 personnes venues prier devant la cathédrale Saint-Jean.

Sous un soleil éclatant, la première dame de France Cécilia Sarkozy, troisième épouse de Jacques Martin, est arrivée peu avant 14 h 30, accompagnée de Judith et Jeanne-Marie, les deux filles qu'elle a eues avec lui. Suivaient les six autres enfants du défunt, issus de trois mariages différents, l'actrice Danièle Evenou, avec qui il avait vécu maritalement, et sa dernière femme, Céline.

A l'intérieur de la cathédrale de 1.500 places, seulement 400 personnes ont finalement été accueillies. La volonté de la famille était de garder une certaine intimité lors de la cérémonie funèbre. Une grande partie de l'équipe du «Petit Rapporteur», émission satirique diffusée le dimanche sur TF1 au début de sa carrière, était là: Pierre Bonte, Stéphane Collaro ou encore Piem.

Les chanteurs Enrico Macias et Frédéric François sont également venus, tout comme l'humoriste Laurent Gerra, le président de France Télévisions Patrick de Carolis et le chef étoilé Paul Bocuse chez qui Jacques Martin, fin gourmet, avait ses habitudes.

La ministre de la Culture, Christine Albanel, installée au premier rang, représentait l'Etat. La Garde des Sceaux, Rachida Dati, était là elle aussi. «Il s'agit d'un événement privé, je n'ai pas d'information ni de commentaire à faire», a indiqué à Paris le porte-parole du ministère de la Justice, Guillaume Didier.

Aucune personnalité n'a souhaité s'exprimer à l'occasion de ces obsèques que le défunt, natif de Lyon, ne voulait surtout pas «triste».

Emus, les enfants de celui qui a longtemps présenté «Dimanche Martin» sur France-2 se sont tenus la main lorsque le cercueil de leur père est entré dans la cathédrale.

Dehors, seules des grandes enceintes ont permis aux milliers de fans et de badauds d'écouter la messe où les choeurs étaient animés par les petits chanteurs à la Croix de bois que Jacques Martin connaissait bien et la Maîtrise de la Primatiale. Des textes des Evangiles ont par ailleurs été lus par les enfants de Jacques Martin.

«Nous présentons au Seigneur la vie de son enfant, Jacques. Nous lui demandons qu'il mène à son accomplissement tout ce qui a été grand, fort et beau dans sa vie, toute sa générosité, toute la gaieté qu'il a su apporter à ceux qui souvent seuls trouvaient bien long un dimanche après-midi», a déclaré le chanoine Michel Cacaud, recteur de la primatiale Saint-Jean, au cours de l'homélie.

Des livrets de la messe, imprimés avec une photo de Jacques Martin souriant, ont été distribués à la foule, venue pour le remercier de les avoir fait rêver à la télévision.

«Il était une grande pointure dans tout ce qu'il accomplissait, le chant, la comédie, la présentation. Je regardais ses émissions parce que c'était lui et personne d'autre», a déclaré Marine Cohendet, 71 ans, debout dans les premiers rangs.

Le cortège funèbre, où les plus proches étaient présents, devait ensuite se diriger vers le cimetière de la Guillotière, où se trouve le caveau de ses parents.

Jacques Martin avait été victime d'un accident cérébral au printemps 1998 qui l'avait laissé à moitié paralysé. (ap)

Ton opinion