Sécurité: Plus de compétences pour les agents municipaux
Actualisé

SécuritéPlus de compétences pour les agents municipaux

Le Conseil d'Etat genevois a adopté mercredi le règlement d'application de la nouvelle loi sur les agents de la police municipale (APM).

Ce dispositif renforce dès le 1er janvier leur rôle, notamment en matière de sécurité de proximité.

Anciennement agents de sécurité municipaux (ASM), les APM devront aller au contact de la population, à pied ou à vélo. Ils pourront contrôler des gens, favoriser l'intervention de la gendarmerie en interpellant des suspects ou les éloigner d'un lieu donné, choses impossibles aujourd'hui, rappelle le conseiller administratif Pierre Maudet dans une interview publiée jeudi dans la «Tribune de Genève».

Leur première mission sera la détection des incivilités et la résolution des problèmes en amont. Ils n'auront pas d'armes à feu, mais un bâton tactique avant tout dissuasif. Ils pourront exceptionnellement porter un gilet pare-balles.

Aujourd'hui 95 agents reçoivent une formation complémentaire. Leur nombre passera à une centaine en mars, puis à 110 ou 115 en septembre et enfin 120 à 125, précise le magistrat en charge de la sécurité de la Ville.

L'essentiel de l'effort portera sur une diminution de l'attractivité de Genève sous l'angle de la petite criminalité. Mais s'occuper des dealers par exemple reste de la compétence de l'Etat, a relevé M.Maudet, qui estime que Genève «paie cash dix ans de laxisme en matière de répression».

(ats)

Ton opinion