Berne: Plus de couscous que de raclette chez les Maurer
Actualisé

BernePlus de couscous que de raclette chez les Maurer

Deniz Fidanoglu, un gymnasien de 17 ans, a rencontré le conseiller fédéral Ueli Maurer. Le temps d'une discussion et d'un selfie.

par
Albina Muhtari/jbm
Le conseiller fédéral Ueli Maurer s'est prêté de bonne grâce au jeu du selfie.

Le conseiller fédéral Ueli Maurer s'est prêté de bonne grâce au jeu du selfie.

Etre proche des gens, une réalité pour les politiciens, en particulier sous la coupole fédérale. Et le chef du Département de la défense ne déroge pas à la règle. Lundi dernier, il a été abordé par un gymnasien dans la vieille ville de Berne et il a entamé une conversation avec lui.

«Je me rendais à ma leçon de piano, lorsque j'ai reconnu l'élu UDC au coin du magasin Loeb à Berne», explique Deniz Fidanoglu. «J'avais déjà entendu plein de choses sur lui et sur la politique contre les étrangers de son parti», confie ce jeune de 17 ans, d'origine turque. «Je me suis alors dit que j'aimerais aborder ce sujet avec lui.»

Un dialogue franc et ouvert

«Je lui ai demandé de réagir sur les soupçons de xénophobie de sa politique. Il m'a dit que ce sont surtout les médias qui propagent une telle image de lui.» Le conseiller fédéral a encore ajouté que son épouse a grandi au Ghana. «C'est pour cette raison qu'à la maison, je mange plus souvent du couscous que de la raclette!» a-t-il ajouté. Pour mémoire, l'épouse d'Ueli Maurer était en Afrique dans sa jeunesse, avec des parents qui étaient missionnaires.

Si le jeune homme a été ravi de cette rencontre, il en a été de même pour Ueli Maurer. «Quand j'ai du temps, je parle volontiers avec les gens dans la rue. Leurs histoires sont intéressantes», a ajouté l'élu UDC. Et pour terminer, Deniz Fidanoglu et Ueli Maurer ont fait un selfie. «J'en ai déjà fait des milliers», a avoué le conseiller fédéral.

Ton opinion