«Massacre planifié» au Bangladesh: Plus de mille garde-frontières inculpés de mutinerie
Actualisé

«Massacre planifié» au BangladeshPlus de mille garde-frontières inculpés de mutinerie

Plus d'un millier de garde-frontières ont été inculpés au Bangladesh de meurtres et d'incendies criminels, commis au cours du soulèvement qui a fait au moins 148 morts ou disparus.

C'était pour la plupart des officiers dont les corps ont été hâtivement enterrés ou jetés dans les égoûts par les mutins.

Les détails de ce que le Premier ministre a qualifié de «massacre planifié» ont refait surface dimanche quand le gouvernement est revenu sur sa promesse d'amnistie, ce qui apparaît comme une tentative de renouer avec l'armée.

Un homme, parmi les 33 officiers connus pour avoir échappé à deux jours de tuerie au quartier général des gardes-frontières, les Fusiliers du Bangladesh, a évoqué des scènes d'apocalypse.

Le Premier ministre Cheikh Hasina a rencontré les officiers, furieux qu'elle ait proposé l'amnistie aux gardes-frontières rebelles, pour les persuader de se rendre. Les gradés considèrent que des vies auraient pu être sauvées si elle avait ordonné l'assaut contre le siège des gardes.

La chef du gouvernement bangladais a demandé l'aide du FBI pour enquêter sur les faits, assurant : «Nous allons faire le jour définitivement sur tout cela».

Jusqu'ici, 77 corps ont été retrouvés, mais ceux de 71 autres officiers n'ont pas pu être localisés. (ap)

Ton opinion