Vaud – Plus d’un tiers des non-vaccinés sont immunisés après une infection
Publié

VaudPlus d’un tiers des non-vaccinés sont immunisés après une infection

Selon les chiffres d’octobre dernier, une étude SérocoViD indique que 73% de la population vaudoise est immunisée grâce à la vaccination et 10% l’est après avoir été infectée naturellement par le Covid-19.

AFP

Menée depuis mai 2020 par Unisanté et soutenue par le Département de la santé et l’action sociale (DSAS), l’étude SérocoViD révèle qu’en octobre 2021, 83% de la population vaudoise détenait une immunité contre le coronavirus; 73% grâce à la vaccination et 10% après une infection naturelle, rapporte vendredi, le Canton, dans un communiqué.

L’étude, qui recherche la présence d’anticorps dans le sang, a été menée sur un un échantillon de 1691 personnes de tout âge, y compris des enfants, dès six mois. Les résultats indiquent que parmi les personnes non vaccinées, 36% ont donc une immunité naturelle, suite à une infection.

Immunité selon les âges

Pour rappel, en juin 2020, environ 7% de la population vaudoise avait été infectée par le coronavirus. Un chiffre qui s’élevait à 17% pour les adultes en novembre, au pic de la deuxième vague, pour atteindre 25% des adultes en février 2021.

Parmi les personnes immunisées – vaccinées ou infectées – on compte 91% chez les 20 à 64 ans et 94% chez les 65 ans et plus. Quelque 29% d’enfants âgés de 6 mois à 5 ans sont aussi immunisés, 33% chez les 5 à 10 ans, 48% chez les 10 à 15 ans et 84% chez les 15 à 20 ans.

Nouvelle vague d’infections

Vendredi, le Canton appelle les personnes de plus de 65 ans à s’inscrire pour une dose de rappel. Car malgré cette immunité de 83% au sein de la population vaudoise, le canton connaît une nouvelle vague d’infections. Les autorités vaudoises rappellent que 99% des vaccinés détiennent les anticorps contre le Covid-19.

Les personnes de plus de 65 ans immunisées présentent globalement des taux d’anticorps nettement plus bas que les adultes plus jeunes, alors que les vaccinés présentent globalement des taux d’anticorps nettement plus hauts que les personnes immunisées naturellement.

Une goutte de sang à domicile

Pour réaliser l’étude SérocoViD, qui estime la proportion de la population ayant développé des défenses immunitaires contre le coronavirus, 90% des participants ont fourni une goutte de leur sang grâce à un kit d’autoprélèvement envoyé à domicile. Les autres ont, quant à eux, été piqués par le personnel soignant. Basée sur une plateforme de microtechnologie développée par le laboratoire du professeur Sebastian Maerkl de l’EPFL, la méthode est inédite en Suisse, rapportent les autorités vaudoises.

(comm/lvb)

Ton opinion

119 commentaires