Football: «Plus le temps passe et moins j’y crois»
Publié

Football«Plus le temps passe et moins j’y crois»

L’ex-entraîneur du PSG Laurent Blanc se trouve dans une bordure dorée depuis quatre ans. Un peu dégoûté, il envisage de tourner le dos aux pros pour œuvrer dans le foot amateur.

par
Simon Meier
Laurent Blanc, ici en visite à Lausanne à l’automne 2017, n’a toujours pas retrouvé de club, quatre ans après son éviction du Paris Saint-Germain.

Laurent Blanc, ici en visite à Lausanne à l’automne 2017, n’a toujours pas retrouvé de club, quatre ans après son éviction du Paris Saint-Germain.

KEYSTONE

Laurent Blanc ne pouvait raisonnablement pas annoncer sa retraite: il n’a plus de club depuis l’été 2016 et son éviction du Paris Saint-Germain. Mais Laurent Blanc, sans qu’on sache s’il s’agit d’un vrai changement de cap ou d’une manœuvre désespérée pour attirer l’attention, a déclaré qu’il se verrait bien dans le football amateur, dimanche lors de l’émission «Téléfoot».

Le foot d’élite? «J’en ai toujours envie, mais plus le temps passe et moins j’y crois», a déclaré le Cévenol de 55 ans. Sans doute influencé par l’indemnité de plus de 20 millions de francs perçue à son départ de Paris, Laurent Blanc a d’abord consacré deux ans à sa famille, ses amis et la pratique du golf. Puis il a remis le nez à la fenêtre, imaginant que les prétendants se pâmeraient devant un tel pedigree. Et puis pas tant que ça, ou alors pas à ce prix-là.

«Le métier est de plus en plus difficile»

Laurent Blanc, ex-entraîneur du PSG

Il y a certes eu des touches et des rumeurs, de Lyon à Barcelone en passant par Marseille, l’Inter Milan ou Manchester United. Mais à la fin du mercato, ça n’était jamais «Lolo» qui sortait du chapeau. Alors il s’est impatienté. Le «je suis disponible» de l’été 2018 s’est transformé en «j’ai envie d’entraîner» au printemps passé. Mais non, toujours rien. Alors l’ancien coach de Bordeaux (champion de France en 2009) et du PSG (onze trophées nationaux sur douze possibles en trois saisons), au fil des contacts avortés, commence à perdre espoir. Il voit même les choses en sombre.

«Le métier d’entraîneur est de plus en plus difficile, a constaté Laurent Blanc, avec un peu de distance. On ne valorise plus les joueurs par rapport à ce qu’ils font sur le terrain, mais à ce qu’ils génèrent ou pourraient générer comme valeur financière. On demande aux entraîneurs de faire prendre de la valeur aux joueurs. On les achète 10 millions pour les revendre 30 ou 40 (ndlr: le PSG fait plutôt l’inverse), C’est comme ça, il faut s’adapter.»

«Je reviendrai, mais plutôt avec des enfants»

Laurent Blanc, ex-sélectionneur de l’équipe de France

S’adapter, ou alors explorer d’autres chemins, moins lucratifs mais plus purs. «Je reviendrai sûrement, mais ça ne sera certainement pas avec des adultes, plutôt avec des enfants. Il y a de quoi faire dans le sport amateur», a encore lancé Laurent Blanc. Dirigeants rêveurs de tous les talus, juniors de France et de Navarre, à vos argumentaires, il y a un champion du monde sur le marché! A moins que l'ex-libéro des Bleus, qui avait été surnommé «le Président» lors d’un triomphal été 1998, n’ait juste trouvé une façon fraîche et originale de signifier au monde entier qu’il avait vraiment très, mais alors très très envie de retrouver un club; et qu’il était aussi prêt, après tout ce temps, à revoir ses ambitions financières à la baisse.

Ton opinion

8 commentaires