Allemagne – Plusieurs centaines de migrants arrêtés près de la frontière avec la Pologne
Publié

AllemagnePlusieurs centaines de migrants arrêtés près de la frontière avec la Pologne

Près de 400 personnes en provenance de la frontière germano-polonaise ont été interpellées ces trois derniers jours, a annoncé lundi la police allemande.

Des milliers de migrants ont tenté, de la frontière de la Biélorussie, d’entrer en Lettonie, en Lituanie et en Pologne, trois États membres de l’UE, ces dernières semaines. Près de 400 d’entre eux on pu passer en Allemagne, a annoncé lundi la police.

Des milliers de migrants ont tenté, de la frontière de la Biélorussie, d’entrer en Lettonie, en Lituanie et en Pologne, trois États membres de l’UE, ces dernières semaines. Près de 400 d’entre eux on pu passer en Allemagne, a annoncé lundi la police.

AFP

Près de 400 migrants, notamment irakiens et iraniens, ont été interpellés en Allemagne en provenance de la frontière polonaise ces trois derniers jours, a annoncé lundi la police qui lie cet afflux aux pratiques migratoires imputées aux autorités biélorusses.

Le nombre des migrants, également originaires du Yémen ou de Syrie, qui ont traversé la frontière vers l’Allemagne a atteint «un nouveau sommet pour le week-end» au cours des premiers jours d’octobre, selon la police fédérale.

Des milliers de migrants ont tenté, de la frontière de la Biélorussie, d’entrer en Lettonie, en Lituanie et en Pologne, trois États membres de l’Union européenne (UE), ces dernières semaines.

Dans l’État régional allemand du Brandebourg, qui partage une large frontière avec la Pologne, la police a annoncé l’interpellation de 251 personnes depuis vendredi. En Saxe, une autre région frontalière, 76 migrants ont été découverts peu après leur arrivée en Allemagne. Dans le Mecklembourg-Poméranie, ils étaient 55.

Les ONG mettent en garde contre une crise humanitaire

La Pologne accuse la Russie et la Biélorussie d’être à l’origine de la vague actuelle d’arrivée de migrants à sa frontière terrestre. L’Union européenne y voit une forme de représailles aux sanctions imposées par l’UE à la Biélorussie à la suite de la répression de l’opposition par le régime de Minsk.

La Pologne a envoyé des milliers de soldats à la frontière, érigé une clôture de barbelés et instauré un état d’urgence le long de la zone frontalière, qui en exclut l’accès aux journalistes et aux organisations humanitaires.

Des ONG, dont Amnesty International, ont accusé le gouvernement polonais d’empêcher les migrants de présenter leurs demandes d’asile en Pologne et de les forcer à retraverser la frontière.

Les organisations non gouvernementales polonaises mettent en garde contre une crise humanitaire à cette frontière orientale de l’UE où six personnes sont déjà mortes de froid, de faim et d’épuisement.

(AFP)

Ton opinion