Publié

GrisonsPoissons empoisonnés par les skieurs de fond?

La société grisonne de pêche tire la sonnette d’alarme. Une analyse a révélé la présence d’acide perfluorooctanoïque dans le corps de poissons vivant à proximité des pistes de ski de fond. Cette substance cancérigène se retrouve dans certains farts pour skis de fond.

par
Michel Eggimann/ofu
Les compétitions de ski de fond, et plus particulièrement les farts avec lesquels sont traitées les lattes, seraient en cause.

Les compétitions de ski de fond, et plus particulièrement les farts avec lesquels sont traitées les lattes, seraient en cause.

Facebook/Engadin Skimarathon

La région de l’Engadine, aux Grisons, est une destination prisée des amateurs de ski de fond. Chaque année au mois de mars, le marathon de l’Engadine attire par ailleurs plus de dix mille passionnés. Le départ se situe sur le lac de Sils, gelé à cette période. Et c’est précisément ce qui inquiète la société de pêche cantonale. Son président Radi Hofstetter, interrogé par le magazine «Bündner Fischer», soupçonne les skieurs de fond d’empoisonner les poissons de la région.

Selon lui, ce sont les farts avec lesquels sont traités les skis qui posent problème. Certains d’entre eux contiennent en effet des substances nocives et dangereuses pour les animaux du coin. «Ces substances viennent se fixer dans le foie ainsi que d’autres organes. A partir d’un certain niveau, elles peuvent mettre en péril la reproduction de certaines espèces», explique Radi Hofstetter. Il qualifie la situation d’inquiétante. Le président de la société de pêche rappelle que les poissons fraient au printemps, et les lacs dans lesquels ils se trouvent se situent juste au-dessous des pistes de ski de fond. «Les substances nocives migrent vers le fond des lacs pile au moment où les jeunes poissons commencent à se nourrir.»

Des taux «extrêmement élevés»

Le magazine alémanique «K-Tipp» a analysé des échantillons provenant de poissons issus de cinq lacs de l’Engadine. Au total, 44 poissons ont été analysés. Dans 13 d’entre eux, des traces d’acide perfluorooctanoïque (APFO) ont été retrouvées. L’Office fédéral de la santé publique classe l’APFO comme cancérigène. Le laboratoire a aussi pris des échantillons sur trois poissons vivant dans un lac éloigné des pistes de ski de fond. Dans cet échantillon, aucun spécimen ne présentait de traces d’APFO.

Interrogée par «K-Tipp», la toxicologue Joëlle Rüegg, qui travaille à l’Université d’Uppsala (Suède), indique que les taux révélés sont «extrêmement élevés». Elle déconseille donc de manger les poissons en question. Sans pour autant confirmer formellement le lien entre les skieurs de fond et l’empoisonnement des poissons, elle estime néanmoins qu’une telle relation de cause à effet est plausible.

Acide perfluorooctanoïque interdit dès juin

L’association Swiss Ski pense elle aussi que la présence de cette substance dans la région est plausible. Elle tient cependant à préciser que les quantités provenant des skis de fond sont très petites: «Il faudrait des études plus poussées pour attester le lien direct.» Le porte-parole Christian Stahl affirme par ailleurs que la grande majorité des skieurs de fond n’utilisent pas de farts contenant du fluor. Cette substance serait surtout utilisée lors de courses et de compétitions.

De son côté, Radi Hofstetter plaide désormais pour une interdiction totale des farts fluorés et non seulement de ceux contenant de l’APFO. Un premier pas a d’ores et déjà été franchi en ce sens: le Conseil fédéral a décidé en avril 2019 que la mise sur le marché de l’acide perfluorooctanoïque ainsi que des produits contenant cette substance ferait l’objet d'une interdiction générale à partir du 1er juin de cette année. C’est déjà le cas dans l’Union européenne depuis juillet 2020.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!