Actualisé 30.09.2020 à 14:05

Polestar 2 contre Tesla 3 – qui sera le vainqueur?

Le premier véhicule électrique de la filiale de Volvo a (presque) tous les arguments pour convaincre.

de
Dieter Liechti
30.9.2020

Quel bonheur! Depuis une semaine, nous sommes les heureux «propriétaires» de la première Polestar 2 en Suisse! Cela dit, le terme de propriétaire est un peu exagéré, car la Polestar 2 n’est que notre nouveau véhicule d’essai de l’année. Au cours des douze prochains mois, nous allons tenter de découvrir si le nouveau-né a de quoi tenir tête à (pardon de toujours faire la même comparaison) la Model 3 de Tesla. Cela signifie que nous ferons régulièrement le point sur nos expériences, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Pour démarrer, nous allons nous contenter de nos premières impressions:

Une silhouette élégante
Le design de la berline bicorps de 4,6 mètres de long est sobre. 

Une silhouette élégante
Le design de la berline bicorps de 4,6 mètres de long est sobre.

Polestar
Le marteau de Thor
Sur les feux avant, on reconnaît la signature lumineuse en forme de marteau de Thor de Volvo.

Le marteau de Thor
Sur les feux avant, on reconnaît la signature lumineuse en forme de marteau de Thor de Volvo.

Polestar
Fidèle à sa ligne
La nuit, la Polestar 2 est reconnaissable au premier coup d’œil grâce au design audacieux de ses feux arrière. 

Fidèle à sa ligne
La nuit, la Polestar 2 est reconnaissable au premier coup d’œil grâce au design audacieux de ses feux arrière.

Polestar

Design

En Suisse, les berlines sont loin d’être un succès. Mais Tesla, avec sa Model 3, montre qu’il y a de plus en plus de gens qui accordent davantage d’importance aux caractéristiques qu’aux formes. Quoi qu’il en soit, la Polestar 2 est sobre, mais a tout de même une allure à la fois très sportive et élégante. Et elle fait sensation sur les routes suisses. C’est non seulement dû au design de l’électrique compacte de 4,6 mètres de long et 1,85 mètre de large, mais également au fait que le logo à l’avant et à l’arrière n’est pas encore familier.

Performance

Rien d’extraordinaire pour quelqu’un qui a déjà conduit d’autres voitures électriques auparavant. Les 300 kW (408 ch) propulsent sans problème la Polestar 2 à 100 km/h en 4,7 secondes. Grâce à un couple maximum de 660 Nm, elle ne manque à aucun moment de puissance et répond avec vigueur. À 205 km/h, elle s’essouffle, mais cela n’intéresse plus personne aujourd’hui. Ce qui est beaucoup plus important est que les deux moteurs électriques identiques sur les deux essieux permettent une transmission intégrale variable. Bizarre: si vous commandez le pack Performance, en option, vous pouvez régler vos amortisseurs. Non pas via l'écran tactile, mais manuellement - sous le véhicule. D'une certaine manière, cela ne colle pas.

Autonomie

Sur le papier, la capacité de la batterie de 78 kWh suffit pour une autonomie standard de 470 kilomètres, selon le cycle WLTP. Mais en réalité, celle-ci sera inférieure, surtout si vous empruntez quotidiennement l’autoroute. Si comme moi, vous avez essentiellement circulé en ville et en agglomération pendant la première semaine d’essai, vous n’avez pas à vous inquiéter. D’une part, il est effectivement possible de parcourir environ 400 kilomètres; d’autre part, la Polestar 2 se recharge à hauteur maximale de 150 kW. La batterie se recharge à 80% en 40 minutes.

Connectivité

En tant qu’utilisateur d’Apple, j’ai encore du mal à dire «OK Google», mais l’assistant linguistique du tout premier système d’exploitation Google Android Automotive OS fait du bon travail. Je m’en sors aussi très bien avec l’écran tactile grand format. Qu’il s’agisse de la climatisation, des options de recharge ou des menus de conduite: tout passe par l’écran tactile qui est toujours en marche et «régulièrement mis à jour», comme l’a promis Polestar.

Finition

De type Volvo. Les matériaux sont de haute qualité, la qualité des finitions est exemplaire. À ce niveau-là, Tesla n’a aucune chance. Tout ce qu’on touche est de bien meilleure qualité que chez les Américains.

Prix

57’900 francs, ce n’est pas une petite somme, mais en échange, on a une voiture très bien équipée qui promet un pur plaisir de conduite, malgré (ou grâce à) son côté écolo.

Suédoise ou chinoise?

Huānyíng ou Välkommen? Difficile à dire si la Polestar est un produit chinois ou suédois. Selon le PDG Thomas Ingenlath: «Polestar a son siège en Suède, les ingénieurs sont européens, mais le véhicule est pour l’instant construit en Chine.» C’est donc juste une question de perspective.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!