Genève: Policier condamné pour avoir falsifié un rapport
Actualisé

GenèvePolicier condamné pour avoir falsifié un rapport

Le Ministère public a condamné l'agent pour faux dans les titres dans l'exercice de fonctions publiques.

par
mpo
Un défilé de protestation avait eu lieu lors du bicentenaire de la police genevoise en octobre 2014.

Un défilé de protestation avait eu lieu lors du bicentenaire de la police genevoise en octobre 2014.

Keystone/Salvatore di Nolfi

«Pour pouvoir déposer plainte contre un manifestant, un policier a rédigé la déposition d'un de ses subordonnés alors que celui-ci était absent au moment de sa prétendue audition», apprend-on dans la «Tribune de Genève». Le militant avait participé à des manifestations non autorisées en 2014.

Indifférence pour les règles

Pour la justice, le policer a fait preuve «d'une regrettable indifférence vis-à-vis des règles de la procédure». Le procureur général a ajouté qu'il est «impossible de nier le caractère intentionnel de l'infraction». Oliver Jornot en veut pour preuve que l'accusé a été jusqu'à inventer «des heures de début et de fin d'audition».

Le policier a écopé de 120 heures de travaux d'intérêt général avec un sursis de trois ans. La décision est contestée. Pour l'avocat du condamné Robert Assaël, «la position du procureur général est jusqu'au-boutiste et relève d'un formalisme excessif. Pour démotiver les policiers, on ne ferait pas mieux».

Ton opinion