Zurich: Policier condamné pour corruption passive
Actualisé

ZurichPolicier condamné pour corruption passive

Un membre de la police municipale zurichoise a été condamné par ordonnance pénale à une peine pécuniaire avec sursis pour corruption passive, violation du secret de fonction et abus d'autorité.

Le policier a été condamné à une peine pécuniaire avec sursis de 90 jours-amendes à 100 francs (9000 francs), a indiqué mardi le Ministère public zurichois. Trois autres procédures pénales contre ce fonctionnaire ont été classées par manque de preuve ou parce que les faits sont prescrits.

Le Ministère public a également classé les procédures pénales ouvertes contre une policière. Elle était soupçonnée de s'être laissée inviter par un restaurateur et de ne pas l'avoir contrôlé en contrepartie, lui évitant ainsi des poursuites pénales. L'enquête a permis d'écarter ces soupçons.

Données confidentielles

L'enquête n'a pas non plus permis de prouver que la fonctionnaire avait fourni à une prostituée des données confidentielles provenant de la base de données électroniques POLIS en échange de prestations sexuelles. Cette procédure a aussi été classée.

La supérieure de cette fonctionnaire faisait aussi l'objet d'une procédure. Elle était soupçonnée de n'avoir pas dénoncé un policier fautif à son supérieur hiérarchique. L'enquête n'a pas permis de prouver qu'elle était au courant des erreurs du policier.

Toutes ces procédures ont été ouvertes dans le cadre d'une affaire de corruption au sein de la brigade des moeurs de la police municipale zurichoise. Depuis l'automne 2013, onze policiers municipaux soupçonnés de plusieurs délits sont sous enquête. Des procédures contre deux anciens policiers sont toujours en cours.

Licenciements

Dans le cadre de cette affaire, deux policiers ont été licenciés avec effet immédiat. Deux autres ont été mutés dans des commissariats de quartier.

Six autres policiers de la brigade des moeurs qui avaient accepté une invitation à une fête continuent à travailler dans cette unité. Ils ont violé un point du règlement et ont été convoqués pour une mise au point avec leurs supérieurs hiérarchiques. (ats)

Ton opinion