Genève: Policier puni pour ses «plaisanteries» sexistes
Actualisé

GenèvePolicier puni pour ses «plaisanteries» sexistes

La justice a condamné un membre des forces de l'ordre pour ses propos déplacés envers deux subordonnées.

par
dra
Keystone/Salvatore di Nolfi

«Au vu de sa fonction, de son expérience et de son grade, son comportement est indéniablement grave», a jugé la Chambre administrative, dans son arrêt du 3 mars dernier. Cette dernière a condamné un policier proche de la retraite à des services hors tour - des heures de travail non payées - pour ses remarques à caractère sexuel et des propos sexistes, révèle la «Tribune de Genève». Deux subordonnées de l'agent condamné, qui ont fini en arrêt maladie, avaient déposé plainte contre lui en avril 2018.

Outre des réflexions graveleuses, l'homme avait à une occasion déposé une poêle sur le bureau d'une des collaboratrices, pour lui faire comprendre qu'elle devait la laver. Selon le policier, il s'agissait de plaisanteries. Il a présenté ses excuses aux plaignantes et a ensuite changé de comportement. Néanmoins, la direction de la police a ouvert une procédure contre lui. La Chambre administrative a confirmé la sanction de sa hiérarchie.

Ton opinion