Mexique: Policières oui, mais pas potiches
Actualisé

MexiquePolicières oui, mais pas potiches

Des agentes se révoltent contre leur chef, qui rêve de brigades sexy.

par
arg
Les patrouilles féminines d'Aguascalientes avaient créé la polémique.

Les patrouilles féminines d'Aguascalientes avaient créé la polémique.

photo: Kein Anbieter/dr

Les policières de Queretaro en ont ras le képi. Plusieurs ont porté plainte devant une commission des droits de l'homme après des «inspections» portant exclusivement sur leur silhouette et leur sex-appeal. L'une d'elles, qui sortait d'une fausse couche, s'est ainsi entendu dire qu'elle était trop «dodue». «J'ai été formée pour être policière, pas danseuse», a expliqué une agente à une ONG de défense des femmes.

La colère des fliquettes vise le chef de la police, Hidalgo Eddy. En 2013, cet ex-militaire s'était rendu célèbre pour avoir créé une unité 100% féminine à Aguascalientes. Vêtues d'un uniforme digne d'un magasin de costumes coquins, elles patrouillaient en talons hauts, leggins et chemise cintrée.

Les agentes de Queretaro craignent qu'Eddy ne renouvelle l'expérience dans la ville. Selon une ONG, les moyens mis dans ces brigades sexy manquent aux services chargés des violences familiales, un fléau au Mexique.

Ton opinion