Saint-Gall – Policiers acquittés après avoir abattu le tueur à la poele 
Publié

Saint-GallPoliciers acquittés après avoir abattu le tueur à la poele

Les agents qui avaient tiré sur celui qui était en train de tuer une maman de jour qu’il ne connaissait pas ne seront pas condamnés pour les 14 coups de feu tirés.

L’effroyable crime avait choqué: une jeune femme, maman de jour, avait été tuée en septembre 2020 à Saint-Gall. Le tueur avait été abattu sur place par deux policiers appelés par des voisins qui avaient entendu des cris. De l’enquête, il était ressorti d’une part que l’homme et la victime ne se connaissaient pas, mais aussi que le tueur avait fait irruption dans l’appartement de la victime, s’était saisi d’une poele dans sa cuisine et avait utilisé l’ustensile pour la tuer. Les deux agents avaient fait usage de leurs armes. Le tueur était mort sur place, la victime plus tard à l’hôpital.

Ce mardi, les deux policiers faisaient face au Tribunal, bien que le Ministère public lui-même requérait l’acquittement des deux hommes, tout en remarquant néanmoins que «au moment des coups de feu, il n’y avait pas de danger pour les policiers». Par contre, l’aide à la légitime défense était retenue par le procureur. «Leur action était proportionnée. En tirant, ils voulaient protéger la vie de la femme», a-t-il déclaré.

Le crime s’était déroulé dans l’appartement de la victime.

Le crime s’était déroulé dans l’appartement de la victime.

BRK News

Verdict sans hésitation

«Tirer était la seule solution pour donner une chance à cette femme. Même si c’est tragique, à ce moment là, on était obligé de le faire», a estimé l’un des agents. Au total, 14 coups de feu ont été tirés. «J’ai continué à tirer jusqu’à ce qu’il s’arrête», a enchaîné l’autre agent. Le tueur, qui souffrait de graves troubles psychologiques, était également sous l’emprise de drogues, comme l’a révélé l’enquête.

«Nous n’avons pas eu besoin de discuter longtemps», a déclaré le juge au moment de rendre le verdict. «Les agents ont été confrontés à une personne en grand danger de mort, indique la Cour. Nous, les juges, avons vu les images. Elles sont difficilement supportables. Le Tribunal est clairement arrivé à la conclusion que les policiers ont agi correctement pour tenter de protéger la victime».

(leo/ywe)

Ton opinion