Fête nationale suisse: Policiers et blocs de béton protégeront les fêtards
Actualisé

Fête nationale suissePoliciers et blocs de béton protégeront les fêtards

A l'occasion de la fête nationale, les forces de l'ordre de Bâle, Lausanne et Fribourg ont pris diverses mesures pour garantir la sécurité des visiteurs. Le dispositif de sécurité des Fêtes de Genève sera également renforcé.

par
rob/ofu

Magie étoilée au-dessus du Rhin (Sternenzauber über den Rhein): c'est sous ce slogan que se dérouleront cette année à Bâle les festivités à l'occasion de la fête nationale suisse. Les autorités ont prévu des feux d'artifice de 22 minutes pour épater les visiteurs. Comme chaque année, la manifestation aura lieu le 31 juillet au soir.

La sécurité des fêtards est assurée par la police cantonale bâloise. Interrogé par «20 Minuten», le porte-parole Martin Schütz explique: «Les mesures prises l'an dernier seront maintenues aussi cette année en vue de la situation générale en Europe.»

Eviter des attentats

Les forces de l'ordre ont néanmoins prévu quelques nouveautés par rapport à 2016. Dès le milieu de l'après-midi, le pont Mittlere Brücke sera fermé à la circulation routière et dès 17h plus aucun tram ne se rendra au coeur des festivités. Cette année, des blocs de béton seront par ailleurs installés aux entrées de la fête, comme cela avait déjà été le cas pour le marché de Noël. Le but? Eviter un attentat tel que celui commis l'an dernier à Nice.

Martin Schütz souligne néanmoins: «Nous n'avons pas d'indice laissant penser à une future attaque à Bâle ou ailleurs en Suisse.» Malgré tout, la police souhaite parer à toute éventualité, précise-t-il. «Nous voulons que les visiteurs se sentent en sécurité et qu'ils participent sereinement aux festivités.» Comme l'an dernier, le nombre de policiers mobilisés sera augmenté.

Dispositifs sécuritaires à Lausanne et à Genève

Contacté par «20 minutes», Sébastien Jost, en charge de la communication auprès de la police de Lausanne, ne souhaite pas dévoiler les mesures prises à l'occasion du 1er août: «A Lausanne, comme dans les autres villes du canton, un dispositif sécuritaire adapté sera mis en place. Mais pour des raisons opérationnelles, nous ne pouvons pas donner les détails de notre dispositif.»

Même son de cloche à Fribourg, où les autorités disent avoir «mis en place certaines mesures» sans rentrer dans les détails pour des raisons de tactiques policières.

De son côté, la police de Genève annonce vendredi dans un communiqué que le dispositif de sécurité des Fêtes de Genève, qui se déroulent du 3 au 13 août, sera une nouvelle fois renforcé. Comme l'an dernier, une importante présence d'agents en uniforme ainsi que des blocs en béton disposés sur plusieurs axes routiers sont prévus. La vitesse sur les différents quais sera par ailleurs limitée à 30 km/h.

Pas attiser la peur, mais rassurer

Ce n'est pas la première manifestation de Suisse à miser sur des blocs en béton par précaution. Cette année, le Montreux Jazz Festival avait fait installer ces dispositifs aux entrées des quais pour sécuriser le périmètre. «Je ne veux pas attiser la peur, mais avant tout rassurer les festivaliers», avait alors expliqué à «20 minutes» Mathieu Jaton, patron du festival.

Début juillet, des blocs de béton avaient également été posés à l'entrée des festivités de la Cité. Le dispositif de chicanes entravait l'entrée du pont Bessières, au centre-ville lausannois, y compris les trottoirs. «Ce dispositif n'est pas du tout un indice d'une élévation de la menace terroriste», avait insisté le municipal responsable de la Sécurité, Pierre-­Antoine Hild­brand. Il avait expliqué ce choix opérationnel des forces de l'ordre par l'ambiance actuelle.

13% des communes font l'impasse sur les festivités

Fêtez-vous le 1er Août? La question a été envoyée aux 2254 communes par l'Association des communes suisses dans le cadre d'un sondage, publié vendredi par les quotidiens 24 heures et Tribune de Genève. Seules 910 d'entre elles ont répondu, dont 119 par la négative.

Parmi les raisons avancées à cette impasse, se trouve le manque de participants et de bénévoles. La coopération entre communes, qui organisent alors alternativement les festivités, en est une autre.

Enfin, la fête nationale est célébrée le 31 août dans certaines communes, afin de permettre aux bénévoles de profiter du jour férié du 1er août à titre privé. Le sondage démontre également que les communes sont de plus en plus nombreuses à organiser des festivités en matinée ou dans l'après-midi pour les mêmes raisons.

Par ailleurs, 43 des 910 communes participantes ont affirmé avoir réduit leur budget. Les économies se font principalement sur les feux d'artifice et pas toujours pour des raisons financières. A Wetzikon (ZH), les feux ont été supprimés pour des raisons de protection de la nature. A l'inverse, 34 communes ont augmenté leur budget. (ats)

Ton opinion