Saint-Gall – Policiers jugés pour avoir abattu un tueur de 10 coups de feu
Publié

Saint-GallPoliciers jugés pour avoir abattu un tueur de 10 coups de feu

Une nounou a été tuée à coups de poêle à frire, en septembre 2020 à Saint-Gall. Les agents qui étaient intervenus vont comparaître fin novembre devant la justice pour avoir utilisé leur arme à feu. L’agresseur avait succombé sur les lieux.

par
ofu
1 / 3
Les faits se sont déroulés dans un appartement saint-gallois.

Les faits se sont déroulés dans un appartement saint-gallois.

La victime était une Italienne de 46 ans qui travaillait comme nounou en Suisse.

La victime était une Italienne de 46 ans qui travaillait comme nounou en Suisse.

Son agresseur, un Suisse de 22 ans, souffrait probablement de problèmes psychiques.

Son agresseur, un Suisse de 22 ans, souffrait probablement de problèmes psychiques.

Un drame s’est joué l’an dernier, à Saint-Gall. En septembre 2020, un homme a fait irruption dans un appartement de la ville et a tué une quadragénaire à coups de poêle à frire. La nounou italienne n’avait pas survécu à l’attaque. Son agresseur, un Suisse de 22 ans, avait été abattu sur les lieux par la police. La victime et l’auteur ne se connaissaient pas, mais s’étaient croisés peu avant dans la rue. Le jeune homme souffrait de problèmes psychologiques et avait probablement consommé de la drogue juste avant de s’en prendre à l’Italienne.

Couchée dans une mare de sang

«Blick» a pu se procurer l’acte d’accusation. Selon le Ministère public, la victime était couchée dans une mare de sang, dans l’entrée de la cuisine. Des jouets se trouvaient éparpillés par terre autour d’elle. A l’arrivée des forces de l’ordre, l’agresseur tapait la tête de la nounou au sol. Lorsqu’un des deux agents a sommé le jeune homme de se rendre, tout en pointant son arme sur lui, l’agresseur s’est précipité dans la cuisine. En revenant, il s’est jeté sur la quadragénaire et l’a frappée à plusieurs reprises avec une poêle. Les deux policiers l’ont sommé plusieurs fois d’arrêter avant de finalement ouvrir le feu sur lui.

Des faits «très complexes»

Selon l’acte d’accusation, chaque policier a tiré à sept reprises. Au total, dix balles ont touché le tueur. Il est impossible de savoir quel projectile appartient à quelle arme. Les deux agents devront comparaître fin novembre devant le Tribunal d’arrondissement de Saint-Gall pour avoir utilisé leur arme à feu. Comme on ignore quel agent a finalement provoqué la mort du jeune Suisse, les deux agents sont tenus de comparaître pour tentative de meurtre et lésions corporelles graves. Le Ministère public requiert d’une part leur acquittement et d’une autre part 13 mois de prison avec sursis dans un acte d’accusation alternatif. «Les faits sont très complexes. C’est au Tribunal d’arrondissement de trancher», informe le service de presse.

Ton opinion