Lausanne: Policiers révoltés par des accusations fantaisistes

Actualisé

LausannePoliciers révoltés par des accusations fantaisistes

Deux agents lausannois poursuivis pour abus d'autorité sur un jeune délinquant ont été acquittés par le Tribunal mardi.

par
Christian Humbert
Les deux policiers ont été finalement acquittés par le Tribunal de Lausanne. Le plaignant ne s'est même pas présenté à l'audience.

Les deux policiers ont été finalement acquittés par le Tribunal de Lausanne. Le plaignant ne s'est même pas présenté à l'audience.

Ils en ont marre, ces deux policiers lausannois traînés mardi devant le tribunal de Lausanne pour abus d'autorité sur un délinquant, mineur lors des faits en 2013. L'accusateur était absent aux débats. «On se trompe de cible», réagit le brigadier de 42 ans. «Les rôles sont inversés. C'est scandaleux», renchérit l'autre prévenu, un sergent-major de 36 ans. Celui-ci, déjà condamné pour une gifle balancée à un excité placé en cellule, joue sa carrière devant de nombreux collègues.

Rappel des faits

C'est une fois de plus une nuit chaude ce samedi 30 juin 2013 à Lausanne. Un groupe de jeunes a renversé un scooter au jardin d'une église. Une patrouille de police se déplace. Signalement en mains, les agents fouillent les lieux. Un jeune est interpellé. Ses copains n'apprécient pas. L'un d'entre eux, Paolo (17 ans), attaque le brigadier par derrière, s'agrippe à son cou et tente de l'étrangler. Le sergent le prend par le col et le tire. Le trio tombe au sol. Paolo en profite pour détaler. Rattrapé par une policière, il est ramené menotté devant la piscine. Il aurait alors été malmené, serait tombé au sol, aurait reçu des coups de genoux au thorax. Le jeune délinquant mineur prétend aussi avoir été frappé dans la voiture qui le conduit au poste.

«Versions changeantes»

C'est l'une des dix versions de Paolo. Problème qui n'a pas gêné le procureur, qui a renvoyé les deux policiers devant un juge, les accusations sont survenues trois mois après, alors que le jeune venait d'être condamné par le tribunal des mineurs sur plainte du policier agressé. Selon l'avocat des policiers, Paolo ne présentait aucune trace de blessure lors de sa fouille au poste.

Les deux prévenus ont répété mardi qu'ils n'ont donné aucun coup. «Surpris par son attaque, nous n'avons pas eu le temps de réagir. Nous sommes tombés des nues quand nous avons appris ses accusations», ont-ils indiqué.

«C'est une procédure aberrante», a plaidé Me Frank Tièche, en traitant le plaignant absent de menteur. «Il n'y a pas de constat médical, pas de photos datées, pas de demande à être soigné. Il a raconté tout et son contraire», résume le plaideur en demandant l'acquittement.

Le tribunal de police l'a suivi. «La justice devait instruire cette affaire», fait remarquer le juge, tout en mettant en avant la variation des déclarations de Paolo. «Aucun élément convaincant ne prouve la culpabilité des policiers». Les deux policiers ont été acquittés. Les frais de justice sont à la charge de l'Etat de Vaud.

Ton opinion