Berne: Politique agricole: «un camouflet pour la population»
Publié

BernePolitique agricole: «un camouflet pour la population»

Après le refus du National d’entamer la discussion sur le projet de Politique agricole 2022+ , les organisations de défense de l’environnement déplorent une occasion ratée.

par
Eric Felley
En refusant d’aborder les aspects environnementaux de la politique agricole de la Suisse, les milieux paysans fâchent les défenseurs de la nature.

En refusant d’aborder les aspects environnementaux de la politique agricole de la Suisse, les milieux paysans fâchent les défenseurs de la nature.

Getty Images

Mardi matin, le Conseil national a refusé par 100 voix contre 95 de débattre du Projet agricole 2022+. De peu, il a rejoint ainsi la position de celui des États, qui a renvoyé l’année passée ce dossier au Conseil fédéral. Les organisations de protection de la nature – BirdLife, Greenpeace, Pro Natura et le WWF - ont fait un communiqué commun pour déplorer l’attitude du lobby agricole: «Le développement urgent vers une agriculture suisse plus durable est ainsi stoppé».

«L’administration a travaillé plusieurs années sur la PA22+. Elle a réalisé une consultation et organisé d’innombrables échanges sur le sujet. Tout cela en vain», regrette Alexandra Gavilano, cheffe de projet Agriculture chez Greenpeace Suisse. L’incompréhension est d’autant plus grande que le projet avait connu des débuts encourageants: «En consultation, note le communiqué, la nouvelle politique agricole du conseiller fédéral UDC Guy Parmelin avait réuni de larges appuis: les cantons, Bio Suisse, IP Suisse, les Producteurs Suisses de Lait, EconomieSuisse, le PLR, le PS, les Vert’Libéraux, le BDP, les Verts et la CI Commerce de détail s’étaient prononcés en sa faveur».

«Un camouflet»

Mais à Berne, le lobby paysan et ses relais parmi les parlementaires de droite ont fait barrage. Malgré la progression des Verts et des Verts libéraux, rejoints par une dizaine de PLR, il a manqué encore quelques voix pour inverser la tendance. «Le refus du Parlement de débattre de la PA22, ajoute le communiqué, est un camouflet pour la population qui demande, dans les sondages, une agriculture plus écologique. Cette décision sert uniquement l’agrobusiness qui profite du système actuel et le défend par tous les moyens. En fin de compte, ce sont les consommatrices et les consommateurs, les organisations de producteurs progressistes et la nature qui en font les frais».

Ce refus du National est un nouvel épisode dans le long affrontement aux Chambres fédérales entre divers mouvements de protection de la nature et les milieux agricoles. Les Chambres avaient refusé l’initiative pour une eau potable propre et celle pour une Suisse libre de pesticides de synthèse, qui seront votées en juin. Les organisations constatent que l’initiative parlementaire «Pour réduire le risque de l’utilisation des pesticides» est aussi continuellement affaiblie. Elle observe aussi que le Conseil des États a pris des décisions, qui empêchent de réduire les excédents d’azote et de phosphore. Enfin, dans une autre motion, il ne va pas assez loin dans la protection des cours d’eau.

Ton opinion

180 commentaires