Genève: Politique culturelle: l'Etat appuie la Ville
Actualisé

GenèvePolitique culturelle: l'Etat appuie la Ville

L'Etat et la Ville de Genève ont adopté mercredi une «déclaration conjointe» qui prévoit une mise en oeuvre en deux volets de la loi cantonale sur la culture, entrée en vigueur en juillet.

«Le premier volet porte sur des engagements forts du canton, sans conditions, en matière de calendrier et de montants», a annoncé mardi devant les médias le président du conseil d'Etat Charles Beer, en charge du Département de la culture (DIP). Pour la première fois, le canton va participer au financement d'une institution culturelle en versant 45 millions de francs pour la Nouvelle Comédie.

L'objectif est d'inaugurer la gare du CEVA et que le chantier du théâtre, qui doit s'implanter à proximité, soit déjà entamé, a indiqué le ministre de l'Urbanisme François Longchamp. Si la mise en service de la ligne ferroviaire est prévue pour fin 2017, l'ouverture de la Nouvelle Comédie devrait avoir lieu en 2021. La contribution du canton devra encore recevoir l'aval du Parlement.

De plus, l'Etat va s'engager progressivement, dès 2015, dans le financement du Grand Théâtre, aujourd'hui entièrement à la charge de la Ville de Genève. Il entend aussi soutenir la reconstruction du Théâtre de Carouge et augmenter sa subvention au Musée d'art moderne et contemporain. Enfin, le Département de l'urbanisme (DU) a donné la priorité au projet de rénovation et d'extension du Musée d'art et d'histoire, attaqué par voie de recours.

Pertes fiscales compensées

Le second volet de cette déclaration conjointe porte sur les négociations futures pour assurer le financement de la culture, en lien avec les réformes de la péréquation intercommunale et de la fiscalité des entreprises. La Ville, qui verse actuellement 200 à 250 millions de francs dans ce domaine, va voir ses recettes diminuer, a rappelé la maire de la Ville de Genève Sandrine Salerno.

Ainsi, l'Etat entend compenser une partie des pertes subies par la Municipalité en s'engageant dans le budget de fonctionnement de la Nouvelle Comédie. De plus, Ville et canton visent, à terme, un financement à parts égales du Grand Théâtre.

«Pas un Yalta de la culture»

«Ce volet constitue une clarification de la répartition des tâches entre les communes et avec le canton», a souligné le conseiller administratif de la Ville de Genève Sami Kanaan, en charge de la Culture. La Bibliothèque de Genève pourrait ainsi devenir une institution cantonale, l'Etat souhaitant la reprendre en raison de ses relations étroites avec l'enseignement et l'Université.

Pour les deux exécutifs, cette déclaration fait office de feuille de route pour les futures discussions. «Il ne s'agit pas d'un Yalta de la culture, mais de fédérer les énergies», a déclaré M. Beer. Et Sami Kanaan de préciser: «La gouvernance des institutions sera élargie en fonction des contributions financières.» Dès 2014, un Conseil de la culture devra accompagner les changements. (ats)

Ton opinion