Conférence du PNUE: Polluants organiques persistants: «des millions de vies sauvées»
Actualisé

Conférence du PNUEPolluants organiques persistants: «des millions de vies sauvées»

L'élimination progressive des produits chimiques les plus dangereux permet de sauver des millions de vies, a affirmé vendredi à Genève le directeur exécutif du PNUE Achim Steiner.

Les représentants de 150 Etats ont discuté de nouvelles mesures depuis lundi.

»Les produits chimiques sont partout dans notre vie quotidienne et les risques en matière de santé vont aller en augmentant», a averti le responsable du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), au terme de la réunion des Etats parties à la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (POP).

Impact cumulatif

Près d'un quart des décès prématurés sont liés à l'environnement, a-t-il rappelé. L'utilisation de produits chimiques toxiques a un impact cumulatif «avec des conséquences de grande ampleur», a déclaré Achim Steiner lors d'une conférence de presse.

Il a écarté les craintes que leur interdiction puisse avoir des conséquences économiques négatives. Il faut leur trouver des alternatives, a-t-il dit. Il a cité l'exemple du DDT encore utilisé dans beaucoup de pays dans la lutte contre la malaria. Des projets pilotes ont prouvé qu'il est possible de lutter contre la malaria avec d'autres moyens.

Neuf substances de plus

La Convention de Stockholm interdit ou limite l'utilisation de douze pesticides et produits dangereux. La conférence devait décider vendredi soir d'éliminer neuf substances chimiques supplémentaires, a indiqué le secrétaire exécutif de la Convention Donald Cooper. La Suisse soutient ces nouvelles mesures.

Il s'agit en particulier des sulfonates de perfluorooctanes (SFPO) et de leurs précurseurs. Ils sont largement utilisés pour la production de semi-producteurs, la galvanoplastie, les mousses carboniques, la fabrication de papier, la protection contre les taches pour les textiles et les meubles ainsi que les insecticides.

Le pentabromodiphényléther et l'octabromidiphényléther, agents ignifuges dits bromés, ainsi que le lindane, présent dans des médicaments et des pesticides, doivent aussi figurer sur la liste.

A l'origine de cancers

Donald Cooper a souligné que ces produits ne sont pas seulement toxiques, mais qu'ils traversent les frontières sur de longues distances. Ils sont persistants dans l'air, le sol et dans l'eau et contaminent la chaîne alimentaire.

Leurs effets sont nuisibles pour les hommes et les animaux, et influent sur le système reproductif, la sexualité, la croissance de l'enfant, le système nerveux. Ils sont à la source de nombreux cancers, a averti Donald Cooper.

Les 750 participants à la conférence ont décidé de renforcer les synergies avec les deux autres Conventions sur les produits chimiques, celle de Bâle et celle de Rotterdam. Une «super- conférence» des trois Conventions aura lieu en février 2010.

La Convention de Stockholm est entrée en vigueur en mai 2004. La Suisse l'a ratifiée le 30 juillet 2003.

(ats)

Ton opinion