Canton de Fribourg - Pompiers et hélicoptères ont fini par vaincre le feu de forêt
Publié

Canton de FribourgPompiers et hélicoptères ont fini par vaincre le feu de forêt

Un incendie s’est propagé vendredi après-midi au-dessus de Crésuz, mobilisant deux hélicoptères et l’intervention des pompiers et de la police. L’opération a duré jusqu’à samedi matin.

par
Pauline Rumpf

L’intervention de pompiers en vidéo

Police cantonale fribourgeoise/lecteur reporter

Un départ de feu de forêt s’est déclaré vendredi en milieu d’après midi sur une pente au-dessus du village de Crésuz (FR). «Je voyais de la fumée depuis chez moi, je suis donc monté voir, raconte un habitant du village. Il y avait plusieurs coins qui brûlaient et ça fumait beaucoup.» Deux hélicoptères d’Heliswiss ont été dépêchés en renfort des corps de pompiers sur le terrain, rapporte Yvan Buchs, porte-parole de la Police cantonale. Ils se ravitaillent dans le lac de Montsalvens. Samedi matin, ils étaient toujours à pied d’oeuvre.

1 / 3
Le feu a pris près de Crésuz.

Le feu a pris près de Crésuz.

Lecteur-reporter
Deux hélicoptères ont dû intervenir sur place.

Deux hélicoptères ont dû intervenir sur place.

Lecteur-reporter
17’000 m² ont été touchés par l’incendie sans faire de blessé.

17’000 m² ont été touchés par l’incendie sans faire de blessé.

Lecteur-reporter

«On part plutôt sur une cause accidentelle»

«Le sinistre est maîtrisé, mais il reste des foyers à éteindre, a précisé le porte-parole samedi vers 9h30. Il faut notamment ouvrir les souches pour dénicher les restes de braises qui se cacheraient sous le sol.» Environ 17’000 m² de terrain sont touchés par l’incendie, mais personne n’a été blessé et aucun chalet n’est menacé. Toutefois, la population est priée de ne pas s’approcher de la zone, non seulement à cause des risques liés au feu, mais aussi aux grandes quantités d’eau larguées par les hélicoptères.

Quant à la cause de l’incendie, une enquête a été ouverte pour la définir. «Certainement que quelqu’un a fait un feu, mais on part plutôt sur une cause accidentelle», soufflait Yvan Buchs à La Liberté vendredi. «Je ne sais pas si c’est en lien, mais je sais qu’il y avaient des bûcherons qui travaillaient dans cette forêt à ce moment-là», glisse par ailleurs notre lecteur.

Ton opinion