MMA: «Popeye» et ses biceps humiliés par un vétéran
Actualisé

MMA«Popeye» et ses biceps humiliés par un vétéran

Un bodybuilder russe au physique hors du commun s'est fait battre lors de son premier combat de MMA en moins de 3 minutes par un adversaire de vingt ans son aîné.

par
lhu

Kirill Tereshin, connu sous le nom de «Popeye», a développé d'énormes bras en s'injectant du synthol. Pour son premier combat de MMA, et malgré des biceps surdimensionnés, le bodybuilder russe n'est pas venu à bout de son adversaire qui a pourtant vingt ans de plus. La preuve que se doper pour augmenter sa masse musculaire n'apporte pas forcément plus de force.

Il affrontait le blogger russe Oleg Mongol dans une salle de gym de la ville d'Abakan en Russie, relate le journal britannique Mirror.

«Popeye» ne s'est pas trop mal défendu durant les deux premières minutes, réussissant même à donner quelques coups.

Mais très vite, le blogger a pris le dessus et est parvenu à mettre son adversaire au sol. Il a ensuite enchaîné avec un étranglement, obligeant l'ancien soldat à abandonner.

«Popeye» humilié par un vétéran II

Un bodybuilder russe n'a pas tenu plus de 3 minutes pour son premier combat.

Plus tôt cette année, Kirill Tereshin avait déjà subi un cuisant revers contre Vasiliy Kamotskiy lors d'un combat de gifles. Ce dernier, surnommé The Dumpling (ndlr: le boulet) a envoyé au sol son opposant dès le premier coup, remportant du même coup le combat. Pour couronner le tout, la top-modèle Olesya Malibu a quitté celui qui est également surnommé «Synthol Kid».

Besoin d'une aide psychiatrique

Si les défaites du bodybuilder peuvent paraître anecdotiques, le jeune homme a pris d'énormes risques en s'injectant du synthol pour obtenir des bras aussi gonflés. Il a d'ailleurs été averti que le produit pouvait causer des embolies pulmonaires, des lésions nerveuses, des infections, des kystes, des ulcères, voire un accident vasculaire cérébral.

Selon le journal «Mirror», le docteur Yuriy Serebryanskiny l'aurait informé que son obsession pour la «gonflette» pourrait finir en catastrophe. « Il pourrait perdre la capacité de mouvement des bras. Il pourrait finir handicapé.» Le médecin envisage même la possibilité de devoir amputer un jour les bras de «Popeye».

De son côté, Kirill Sychev, haltérophile professionnel, estime qu'un suivi psychologique est également nécessaire. «C'est une personne qui a besoin d'une aide médicale, pas seulement pour vider ses bras et désintoxiquer son sang, mais il a aussi besoin d'une aide psychiatrique.»

(lhu/20 minutes)

Ton opinion