Danemark: Porc obligatoire au menu des cantines
Actualisé

DanemarkPorc obligatoire au menu des cantines

Une ville a tranché en faveur des défenseurs des traditions nationales face à ceux qui dénonçaient une provocation envers les musulmans.

photo: Keystone/ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION

Le conseil municipal de Randers, commune d'un peu plus de 60'000 habitants à l'est du pays, a adopté lundi un texte qui oblige les cantines à «faire de la gastronomie danoise une part centrale de l'offre, y compris en servant du porc à l'égal d'autres aliments».

Elles doivent cependant «assurer à chacun un repas sain et équilibré lors duquel personne n'est forcé de manger quoi que ce soit qui heurte ses croyances ou sa religion». La viande de porc, interdite dans l'islam, est un grand classique de la cuisine au Danemark, pays qui compte 13 millions de porcins pour 5,7 millions d'habitants.

Mais le Parti populaire danois, formation anti-immigration arrivée deuxième aux législatives de 2015, en a fait un objectif politique. «Bon travail de nos élus locaux à Randers! (...) Le Parti populaire danois travaille au plan national et local pour la culture danoise, y compris la gastronomie, et par conséquent nous combattons les règles islamiques et les considérations malvenues dictant ce que les enfants danois doivent manger», a écrit sur le réseau social Facebook mardi son porte-parole, Martin Henriksen.

«C'est vraiment un scandale!»

Les conseillers municipaux du parti libéral (Venstre) du Premier ministre Lars Løkke Rasmussen ont aussi voté pour, et ceux des autres parti contre. «C'est vraiment un scandale!», a répliqué sur Facebook l'ancien ministre de l'Intégration (2014-2015) sous le gouvernement de gauche, Manu Sareen. «Vraiment incroyable de voir de quoi se mêlent les élus».

La présence du porc dans les cantines est un débat national depuis qu'en 2013 la chef de gouvernement sociale-démocrate Helle Thorning-Schmidt a critiqué les écoles qui s'en passaient. Selon une enquête du quotidien Ekstra Bladet, cela ne concernait que 30% d'entre elles. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion