Actualisé 22.12.2017 à 19:21

Affaire BeaulieuPorchet «choqué et blessé par le lynchage public»

La gestion de la Fondation de Beaulieu fait l'objet d'une plainte pénale. Son ex-secrétaire général a réagi.

Les bâtiments du centre de congrès du Palais de Beaulieu.

Les bâtiments du centre de congrès du Palais de Beaulieu.

Keystone

L'ex-secrétaire général de la Fondation de Beaulieu a rejeté vendredi les accusations portées contre lui par la Ville de Lausanne et le canton. Il «se déclare choqué et blessé par le lynchage public dont il a fait l'objet».

«Les bureaux d'information et de communication du canton de Vaud et de la Ville de Lausanne ont émis jeudi un communiqué de presse mettant gravement en cause la gestion mais aussi la probité et l'honorabilité du secrétaire général de la Fondation de Beaulieu», relève un communiqué transmis vendredi par son avocat.

L'ex-secrétaire général de la Fondation, Marc Porchet, «tient à réagir à ces accusations très lourdes articulées publiquement sans qu'il ait eu la possibilité de s'exprimer ou de prendre position».

Dans un premier temps, il rappelle que ces dernières années le Conseil de Fondation avait décidé de lui confier ainsi qu'à ses mandataires une multitude de tâches et de fonctions assumées précédemment par une société anonyme comptant des dizaines d'employés. Des activités qui ont dû être assumées le plus souvent dans l'urgence pour assurer tous les nombreux besoins d'évolution et d'utilisation du site de Beaulieu, souligne le communiqué.

Pas informé

Les résultats des audits invoqués par la Ville de Lausanne n'ont même pas été remis au secrétaire général, qui s'est vu présenter un bref résumé de celles-ci oralement. Il n'a donc jamais eu l'occasion de se déterminer de manière précise. En outre, près de 90% des chantiers de la Fondation ont fait l'objet d'appels d'offres publics, contrairement à ce que laisse entendre le communiqué de presse officiel.

C'est donc uniquement dans le cadre de l'enquête pénale désormais ouverte que Marc Porchet pourra se déterminer de manière précise et fournir toutes les explications utiles. Or cette enquête vient à peine de débuter et devra porter sur d'innombrables décisions, documents et pièces.

L'ex-secrétaire général de la Fondation de Beaulieu, qui avait donné sa démission la semaine dernière, mettra tout en oeuvre pour collaborer avec la justice, mais aussi pour rétablir la vérité et son intégrité, relève le communiqué. Dans l'immédiat, il demande le respect de la présomption d'innocence.

Plainte pénale

Jeudi, le Conseil d'Etat vaudois et la Municipalité de Lausanne ont annoncé avoir déposé une plainte pénale contre l'ex-secrétaire général pour malversations. Il est soupçonné d'avoir attribué des mandats à des proches ou des membres de sa famille, sans appels d'offres et surfacturé certains travaux.

L'homme aurait également caché la situation financière réelle de la Fondation au Conseil de Fondation en imaginant un mécanisme opaque entre le compte d'investissements et celui de fonctionnement. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!