Crise ukrainienne: Porochenko prolonge le cessez-le-feu
Actualisé

Crise ukrainiennePorochenko prolonge le cessez-le-feu

Le président ukrainien envisage de prolonger de trois jours le cessez-le-feu entre les forces ukrainiennes et les séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine.

Le président ukrainien a proposé vendredi de prolonger le cessez-le-feu de 72 heures afin d'offrir un nouveau délai à la Russie pour donner des garanties sur la fin des hostilités dans l'est du pays. Ces trois jours supplémentaires doivent notamment permettre d'obtenir des conditions sur la venue d'une mission de l'OSCE.

«Il a été convenu que ce délai permette d'obtenir un certain nombre de conditions pour trois choses, la libération des otages, la sécurité à la frontière et la venue d'une mission de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)», a déclaré une source diplomatique européenne.

Angela Merkel et François Hollande auront pour leur part des échanges avec Vladimir Poutine d'ici lundi afin d'évaluer les réactions de Moscou aux trois conditions posées.

Régler les dettes avant toute nouvelle négociation

Le géant du gaz russe Gazprom a réaffirmé vendredi qu'il refusait toute nouvelle négociation avec l'Ukraine tant que celle-ci n'aurait pas réglé ses dettes, mettant en garde contre d'éventuelles perturbations dans les livraisons à l'Union européenne dans les mois à venir. «En ce qui concerne la suite des négociations, il n'y a pas matière à discuter», a déclaré le directeur général de Gazprom Alexeï Miller au cours d'une conférence de presse. «Il faut d'abord rembourser les dettes», a-t-il martelé.

Face au refus de Kiev de régler ses factures d'un montant jugé trop élevé, Gazprom a décidé le 16 juin qu'il ne fournirait plus de gaz tant que l'Ukraine ne se serait pas acquittée de ses dettes (plusieurs milliards de dollars) et payé à l'avance ses importations.

Le prix actuel (485 dollars pour 1.000 m3, sans équivalent en Europe) «est honnête parce qu'il figure dans le contrat», qui est «compréhensible et transparent», a souligné M. Miller.

Près de la moitié du gaz russe livré à l'UE transite par l'Ukraine, ce qui fait craindre des perturbations des livraisons, comme pendant les conflits sur le gaz de 2006 et 2009. (afp)

Nouvelles négociations de paix dans l'Est

Une nouvelle rencontre entre représentants du mouvement séparatiste pro-russe de l'est de l'Ukraine et médiateurs du «groupe de contact» s'est ouverte vendredi à Donetsk, rapporte une porte-parole des premiers, citée par l'agence de presse Interfax. Parmi les membres de ce groupe de contact figurent l'ancien président ukrainien Léonid Koutchma, l'ambassadeur russe à Kiev et des membres de l'Organisation pour la sécurité et coopération en Europe (OSCE). A l'issue d'une première réunion lundi, les rebelles s'étaient engagés à respecter le cessez-le-feu d'une semaine proclamé par les autorités ukrainiennes, qui doit expirer ce vendredi à 19h00 GMT (21h00 heure suisse). Kiev les a depuis accusés d'avoir violé cette trêve à plusieurs reprises.

Ton opinion