Actualisé 13.12.2010 à 19:33

WikileaksPostFinance n'a subi aucune pression

PostFinance a décidé de son propre chef de fermer le compte de Julian Assange, sans qu'aucune pression ne soit exercée, a déclaré Doris Leuthard.

La ministre de la communication répondait lundi à Josef Zisyadis, lors de l'heure des questions au Conseil national. Le popiste vaudois s'interrogeait sur la rapidité étonnante avec laquelle l'établissement financier de La Poste avait fermé le compte de Julian Assange lundi dernier et se demandait si les Etats-Unis en avaient exigé la fermeture.

PostFinance a clos lundi dernier le compte de Julian Assange sur lesquels étaient versés les dons en faveur de WikiLeaks. Motif invoqué: le fondateur du site ne pouvait justifier d'une adresse en Suisse ou dans les régions frontalières, condition sine qua non à l'ouverture d'un compte. Julian Assange, au bénéfice d'un passeport australien, avait indiqué Genève comme domicile en Suisse.

En attendant, l'argent reste chez PostFinance jusqu'à ce que Julian Assange ait communiqué à PostFinance les coordonnées d'un nouveau compte pour que l'argent y soit transféré, a précisé la conseillère fédérale.

Doris Leuthard a rappelé que PostFinance ne vérifiait pas l'adresse lors de l'ouverture du compte, mais que s'il s'avérait que les données fournies était erronées ou avaient été falsifiées, l'établissement pouvait boucler le compte. PostFinance résilie chaque année quelques centaines de relations d'affaires, a-t-elle souligné.

Secret postal en cause

L'existence du compte de WikiLeaks chez PostFinance avait été révélé par la presse dominicale alémanique. PostFinance avait confirmé l'information, sans toutefois fournir la date d'ouverture du compte ni les transactions enregistrées, ces informations étant confidentielles.

Si l'établissement financier estime avoir agi toujours dans le respect des lois, il n'en reste pas moins que le Département fédéral de la communication, en tant qu'autorité de surveillance, doit clarifier si PostFinance a bien respecté le secret postal, a indiqué Mme Leuthard.

La question préoccupe aussi le Ministère public de la Confédération. Ce dernier a indiqué le week-end dernier qu'il se penchait sur la question. En réponse à une question de Pirmin Schwander (UDC/SZ), Doris Leuthard a ensuite indiqué qu'une enquête n'avait pas été ouverte.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!