Lausanne: «Pote bourré = pote en danger», même à domicile
Actualisé

Lausanne«Pote bourré = pote en danger», même à domicile

Les autorités de la ville dévoilent un clip de prévention qui a pour thème les premières consommations lors de fêtes à la maison.

par
Yannick Weber

Découvrez le clip vidéo de prévention de la Ville de Lausanne

La Ville de Lausanne a lancé mercredi une nouvelle campagne de prévention contre les dangers liés à l'alcool chez les adolescents. Deux ans après une première vidéo de sensibilisation qui a été vue plus de 3 millions de fois, un deuxième clip a été réalisé par une agence de jeunes lausannois. Son axe principal: les premières consommations, et surtout dans les fêtes à domicile, «qui sont souvent les lieux pour les 13-17 ans d'expérimenter des excès de consommation d'alcool», explique David Payot, municipal responsable de la jeunesse.

«Ces jeunes n'ont pas encore l'autorisation d'aller dans les clubs et ils finissent souvent leurs soirées à la maison et sans les parents», constate Estelle Papaux, secrétaire générale de la Direction de l'enfance, de la jeunesse et des quartiers de la Ville de Lausanne. D'où la volonté d'axer la campagne sur le domicile, et d'insister sur la solidarité. Le clip cherche à montrer que, même entre les murs d'un appartement où un sentiment de sécurité peut se créer, les jeunes ne sont pas à l'abri du danger. «Il faut toujours rester solidaire de ses compagnons de fête et ne pas les laisser tomber s'ils sont dans une situation difficile», insiste Estelle Papaux.

Risques de dépendance sous-estimés

Stéphane Caduff, responsable de la prévention auprès de la Fondation vaudoise contre l'alcoolisme, se réjouit de chiffres encourageants qui montrent que, «entre 2010 et 2014, la part des adolescents de 15 ans qui ont déclaré avoir été ivres au moins une fois lors du dernier mois a baissé de moitié». Ce qui ne remet pas en question les efforts mis en oeuvre pour confirmer cette tendance.

«L'exposition à l'alcool trop tôt entraîne un jeune sur dix vers une dépendance à l'âge adulte», rappelle pour sa part Jean-Bernard Daeppen, chef du Service d'alcoologie du CHUV, qui souligne que des facteurs génétiques entrent en compte: «Quand un jeune a des parents ou des grands-parents qui sont ou étaient dépendants, il aura une plus grande tolérance à l'alcool, donc il boira plus pour atteindre l'ivresse et aura ainsi plus de risques de développer une addiction».

Une campagne large

La Ville a envoyé des flyers aux parents de tous les jeunes de 13 à 17 ans de Lausanne, soit 6500 foyers, en cherchant à éviter le ton du sermon, souvent contre-productif. Les écoles seront aussi mises à contribution à travers un kit de prévention. Organisée en marge de la Semaine alcool de l'Office fédéral de la santé publique, cette campagne prévoit des événements dont le programme est à consulter en cliquant ici.

Ton opinion