Décès de Jean-Paul Belmondo - Pour Alain Delon, «ce serait pas mal si on partait ensemble…»
Publié

Décès de Jean-Paul BelmondoPour Alain Delon, «ce serait pas mal si on partait ensemble…»

Sitôt l’annonce de la disparition de Jean-Paul Belmondo, ce lundi, les hommages ont plu. Parmi les premiers, Alain Delon s’est dit «complètement anéanti».

L’acteur français Alain Delon, qui a partagé l’affiche de plusieurs films avec Jean-Paul Belmondo, est dévasté par sa mort à l’âge de 88 ans, survenue lundi à Paris. «Je suis complètement anéanti. Là je vais essayer de m’accrocher pour pas faire la même chose dans cinq heures Remarquez, ce serait pas mal si on partait tous les deux ensemble.»

«C’est une partie de ma vie, on a débuté ensemble il y a 60 ans», a avoué l’autre monstre sacré du cinéma français, 85 ans, la voix tremblant d’émotion sur la chaîne CNews. Souvent dépeints, à tort, comme des rivaux, les deux géants du cinéma français ont joué dans plusieurs films, dont «Borsalino» (1970).

Pour Alain Delon (à droite), «Jean-Paul Belmondo, c’est une partie de ma vie».

Pour Alain Delon (à droite), «Jean-Paul Belmondo, c’est une partie de ma vie».

AFP

«Je suis bouleversée par la disparition de Jean-Paul. Il était et restera pour moi, comme pour tant d’autres, l’image même de la vitalité. Il ne cessera jamais d’être en mouvement dans mon coeur et dans ma mémoire. Il est sourire et joie de vivre. Audace et simplicité», a déclaré l’actrice italienne Claudia Cardinale.

«J’ai vécu auprès de lui tant de moments heureux inoubliables. Mon affection la plus profonde va à ses proches et à ses enfants tout particulièrement. Addio Jean-Paul», a ajouté celle qui a partagé l’affiche de nombreux films avec lui dont «Cartouche» (1962) ou encore «La Scoumoune» (1972).

Cannes sous le charme

Du côté du Festival de Cannes, le délégué général, Thierry Frémaux, a salué sur Twitter la «générosité d’homme et d’acteur» de Jean-Paul Belmondo, l’une des figures les plus populaires du 7e art français. «Pour l’hommage 2011, les photographes avaient prévenu: ‘On va poser nos appareils sur les marches, et ce sera pour l’applaudir’. Sa générosité d’homme et d’acteur a inventé parmi les plus grands moments de l’histoire du cinéma. Merci Jean-Paul. Adieu Magnifique», a-t-il tweeté.

Deux photos de «Bébel» à Cannes accompagnent le tweet. En 2011, il avait reçu une Palme d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. En 2019, le Festival l’avait une nouvelle fois mis à l’honneur à travers l’affiche de sa 71e édition, qui reprenait un baiser tiré du film «Pierrot le fou», de Jean-Luc Godard, avec Anna Karina.

«Affection et admiration» à Venise

De son côté, la Mostra de Venise, qui se tient jusqu’à samedi, se rappelle, «avec grande affection et admiration de l’acteur Jean-Paul Belmondo, icône du cinéma français et international, et premier interprète extraordinaire de l’esprit de modernité propre à la Nouvelle Vague».

Le directeur de la Mostra, Alberto Barbera, se souvient d’«un visage fascinant, d’une sympathie irrésistible, d’une versatilité extraordinaire, qui lui ont permis d’interpréter des rôles dramatiques, d’aventuriers et même comiques, qui ont fait de lui une star appréciée universellement, aussi bien par le cinéma d'auteur que par le cinéma de divertissement». En 2016, le Festival lui avait décerné un Lion d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière.

«Un trésor national» pour Emmanuel Macron

«Nous nous retrouvions tous» en Jean-Paul Belmondo, a pour sa part salué Emmanuel Macron, en évoquant «un trésor national, tout en panache et en éclats de rire», «un héros sublime et une figure familière».

«Il restera à jamais Le Magnifique», a ajouté le président français, en adressant ses condoléances à sa famille et aux proches de l’acteur, «ainsi qu’à tous les Français qu’il a fait rire et qu’il a émus durant plus de 60 ans». Car, «parmi nos grands acteurs, il était celui qui remportait haut la main la palme du public».

(AFP)

Ton opinion

21 commentaires