Pour avoir un emploi, il faut savoir parler corruption
Actualisé

Pour avoir un emploi, il faut savoir parler corruption

ABIDJAN – En Côte-d'Ivoire, le langage devient imaginatif pour évoquer la corruption... sans la nommer.

Pour parler de corruption sans la nommer, les Ivoiriens ne manquent pas d'expressions: «Entrer dans le contexte», «mouiller la barbe» ou «parler français». Ce phénomène ne cesserait de s'étendre dans le pays. L'argent y ouvrirait bien des portes.

Ainsi pour obtenir un poste dans l'administration, il faudra parfois lester son dossier en «déposant des cailloux» dessus. De cette façon le candidat évitera qu'un coup de vent ne fasse disparaître ses documents réduisant ses chances à néant. En touchant au grisbi, une candidature passera directement sur le bureau du directeur ou du ministre et les examinateurs pourraient se montrer plus conciliants.

Le terme le plus en vogue pour parler de corruption est désormais «Le contexte». Il a été vulgarisé depuis une dizaine d'années grâce à une série de gags à succès. Ce vocabulaire est désormais utilisé aussi bien dans l'éducation que dans la police ou la justice.

job avec les agences

Ton opinion