Défaite de l'AC Milan: Pour Berlusconi, «ce Milan est un désastre»
Actualisé

Défaite de l'AC MilanPour Berlusconi, «ce Milan est un désastre»

Le deuxième club le plus titré de la C1 fait actuellement le malheur de ses supporters et de son équipe dirigeante, qui refuse toutefois pour l'heure de remettre en question l'entraîneur Leonardo.

Dans un commentaire, La Gazzetta dello Sport n'y est pas allée de main morte. «Le Milan de la Champions n'existe plus» et il est «au fond du trou». Le président Silvio Berlusconi n'hésite pas non plus à tirer sur l'ambulance. «Ce Milan est un désastre, et je souffre avec les tifosi.» Il continue pourtant de soutenir son entraîneur. «Il est encore un peu tôt pour parler de Leonardo.»

Le souvenir de 1997

Même son de cloche chez Galliani. «Nous réaffirmons notre confiance en Leonardo. C'est comme avec Ancelotti après la finale perdue à Istanbul contre Liverpool. Nous avons su nous relever.» L'entraîneur brésilien, qui se dit «très proche de Berlusconi», use également du recours au passé, en comparant la situation actuelle avec celle du Milan de Sacchi-bis, en 1996/97.

«Je suis arrivé en 97 et me souviens très bien de la difficulté de créer une identité dans une équipe qui avait connu beaucoup de changements. Je n'ai ainsi pas peur de terminer 11e du championnat car, à l'époque, de notre mauvais classement avaient résulté de très bonnes choses.» Mais l'ancien international n'est pas dupe non plus et sait que son équipe doit «sortir du tunnel» après sa mauvaise prestation contre Zurich, durant laquelle elle a encaissé, ce qui n'est pas vraiment dans ses habitudes, «un but absurde».

Et de promettre que sa formation va «accélérer la manoeuvre» en phase offensive afin de corriger le tir, même si «tout est dorénavant plus compliqué». Et ce d'autant que les Lombards étaient par le passé «talentueux et faisaient mal à l'adversaire» et que «maintenant, ça ne fonctionne plus».

Portefeuille fermé

Alors, ayant échoué dans une partie de Ligue des champions qui agit souvent «comme une sorte de remède» (Il Milanista) pour les Rossoneri, Leonardo voit sa position de plus en plus fragilisée. Il ne veut pas s'en inquiéter. «J'ai accepté ce rôle et je suis ici parce que j'y crois.»

Une foi relayée par certains joueurs. Flamini: «Nous sommes tous avec Leonardo. Il nous faut simplement une victoire.» Zambrotta: «Après la mi-temps, nous avons vu réaction positive pour le futur. Nous sommes tous joueurs avec un niveau international et savons de ce fait gérer ce genre de situations.»

Reste que Milan piétine et n'effraie plus ses adversaires depuis un été destructeur au cours duquel il a perdu Kaka et n'a pas pu se renforcer. Le Gazzetta parle en ce sens du déclin logique d'un club «centré sur Ronaldinho avec un portefeuille fermé». Et de conclure: «S'acharner sur Leonardo serait injuste et inutile. Il voulait Luis Fabiano et il a eu Huntelaar. Il voulait des joueurs de couloir et il a dû improvisé avec Abate.»

(ats)

Ton opinion