Etats-Unis: Pour Joe Biden, Vladimir Poutine est «un tueur»
Actualisé

Etats-UnisPour Joe Biden, Vladimir Poutine est «un tueur»

Joe Biden affiche une plus grande fermeté à l’égard du maître du Kremlin que son prédécesseur Donald Trump.

Joe Biden ne prend plus de gants avec Vladimir Poutine.

Joe Biden ne prend plus de gants avec Vladimir Poutine.

AFP

Le président américain Joe Biden a dit penser que son homologue russe Vladimir Poutine était «un tueur», et a prévenu qu’il «en paierait les conséquences», dans un entretien diffusé mercredi, par la chaîne ABC. Interrogé par le journaliste qui lui demande s’il estime que le président de la Russie «est un tueur», Joe Biden a acquiescé: «Oui, je le pense». «Vous verrez bientôt le prix qu’il va payer», a-t-il ajouté.

Au sujet des ingérences électorales de Moscou, qui selon un tout nouveau rapport des autorités américaines se sont reproduites en 2020, le président américain a également affirmé que Vladimir Poutine «en paierait les conséquences».

«Nous avons eu une longue conversation lui et moi, je le connais assez bien», a expliqué le dirigeant démocrate, qui affiche une plus grande fermeté à l’égard du maître du Kremlin que son prédécesseur Donald Trump.

«Au début de la conversation, je lui ai dit: Je vous connais et vous me connaissez, si j’en viens à la conclusion que vous avez fait cela, soyez prêt» pour les conséquences, a-t-il rapporté, sans préciser s’il faisait allusion aux ingérences ou aux autres faits reprochés côté américain à Moscou, notamment l’empoisonnement de l’opposant russe, Alexeï Navalny, puis son incarcération.

La Russie rappelle son ambassadeur aux Etats-Unis

La Russie a annoncé mercredi avoir rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis pour consultations, tout en assurant vouloir éviter la «dégradation irréversible» des relations avec Washington, qui se trouvent «dans un état difficile» depuis des années.

Selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères, l’ambassadeur Anatoli Antonov a été rappelé à Moscou «pour des consultations afin d’analyser ce qu’il faut faire et où aller en ce qui concerne les relations avec les États-Unis».

(AFP)

Ton opinion