20.11.2020 à 03:45

CommercePour Bolsonaro, la France retarde l’application de l’accord Mercosur-UE

L’accord, adopté l’an dernier, n’a pas encore été ratifié par plusieurs pays européens, dont la France, inquiets des conséquences environnementales.

L’accord entre le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) et l’UE a été adopté l’année dernière après 20 ans de négociations pour créer la plus grande zone de libre-échange du monde,

L’accord entre le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) et l’UE a été adopté l’année dernière après 20 ans de négociations pour créer la plus grande zone de libre-échange du monde,

KEYSTONE

Le président brésilien Jair Bolsonaro a estimé jeudi que «le grand problème» pour la mise en œuvre de l’accord entre le Mercosur et l’Union européenne était «en France».

«La France est notre concurrent en termes de matières premières. Notre gros problème pour la progression de l’accord Mercosur-UE est justement en France. Nous faisons tout notre possible, mais la France, défendant ses intérêts, nous rend cette affaire difficile», a dit le dirigeant d’extrême droite lors de sa retransmission hebdomadaire en direct sur Facebook.

L’accord entre le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) et l’UE, adopté l’année dernière après 20 ans de négociations pour créer la plus grande zone de libre-échange du monde, n’a pas encore été ratifié par plusieurs pays européens, dont la France, inquiets des conséquences environnementales. Les tensions ont augmenté depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro en 2019 et la multiplication des incendies et de la déforestation dans les zones protégées du Brésil, notamment en Amazonie.

Bois illégalement extrait d’Amazonie

Le président brésilien a menacé cette semaine de révéler une liste de pays qui critiquent sa politique environnementale et qui achèteraient du bois récolté illégalement au Brésil. Mais ce jeudi, il a déclaré qu’il ne viserait pas des «pays» mais des «entreprises». Il a précisé que des entreprises françaises figuraient sur la liste, sans en mentionner aucune ni révéler quelles informations détenait la police fédérale (PF).

«Nous n’allons accuser aucun pays d’avoir commis des crimes ou d’être complice de crimes, mais il y a des entreprises (étrangères) qui pourraient nous aider à lutter contre ce crime, nous sommes intéressés par toute aide à cet égard», a-t-il dit. Selon la presse brésilienne, cela fait référence à une opération de la PF, en 2017, au cours de laquelle du bois illégalement extrait d’Amazonie a été saisi et destiné à des entreprises de plusieurs pays (notamment Allemagne, Belgique, France, Pays-Bas et Royaume-Uni).

Les experts en environnement et les ONG assurent que le gouvernement Bolsonaro a affaibli les agences de contrôle environnemental et que son discours en faveur des activités extractives dans les aires protégées favorise la déforestation et les incendies de forêt. Il y a deux semaines, le vice-président Hamilton Mourao a fait un voyage en Amazonie avec des ambassadeurs de huit pays, dont des représentants de l’Allemagne et de la France, dans le but d’améliorer l’image du gouvernement.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!