Genève: Pour calmer le jeu, le directeur des HUG renonce à son augmentation
Publié

GenèvePour calmer le jeu, le directeur des HUG renonce à son augmentation

La révélation, la semaine dernière, d’une hausse du salaire de Bertrand Levrat a causé de nombreux remous. Estimant qu’il y avait mieux à faire que de polémiquer sur sa paie, le directeur préfère y renoncer.

Bertrand Levrat, directeur général des HUG (archives).

Bertrand Levrat, directeur général des HUG (archives).

TDG / Steeve Iuncker-Gomez

C’est à «L’Affranchi» qu’on devait l’info: à la fin de l’année dernière, la rémunération du directeur général des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) avait été réévaluée, passant de 379’595 à 450’000 francs par année. Cette augmentation avait été justifiée par le fait que le salaire de Bertrand Levrat était bien en dessous de ceux pratiqués dans le domaine de la santé en Suisse et qu’il n’avait pas changé depuis 2013.

Mais, malgré ces explications, cette hausse de plus de 18% a déclenché une vaste polémique, en cette période de restrictions et de crise économique due à la pandémie de coronavirus. A tel point que le directeur a décidé de renoncer à cet ajustement. Invoquant une «communication ressentie négativement», les HUG ont annoncé cela mercredi, par voie de communiqué de presse.

Le texte mentionne ainsi que le directeur de l’institution «considère que les sujets de discussion autour des HUG devraient être la prise en charge des patient-es, la recherche et l’enseignement et non la question de sa rémunération».

(comm/20min)

Ton opinion